Agriculture de seconde génération : La diaspora camerounaise veut s’impliquer

 

La diaspora camerounaise veut s’impliquer dans l’agriculture de seconde génération. Elle a organisé à cet effet un forum de deux jours à Yaoundé, jeudi et vendredi dernier.

Plus connu sous l’acronyme Davoc (Draw a Vision for Cameroon), le forum organisé à Yaoundé en était à sa sixième édition. Il a regroupé des Camerounais résidant dans un certain nombre de pays européens autour du thème de l’agriculture de seconde génération. Signe de l’importance que le gouvernement camerounais accorde à cette manifestation, le premier ministre Philémon Yang a personnellement présidé sa cérémonie de clôture et a promis que ses résolutions seront prises très au sérieux.  En fait, l’agriculture de seconde génération est un concept lancé par le chef de l’État camerounais lors du Comice agropastoral d’Ebolowa et que le gouvernement s’efforce de traduire en réalité.

Et en termes de résolutions, le Davoc a formulé quelques propositions contenues dans le rapport général des travaux.  Ces propositions portent sur deux points essentiels :  la mise en place d’une nouvelle politique foncière qui pourrait attirer de nouveaux investisseurs dans le domaine de l’agriculture, et la création d’un Fonds des Camerounais de la diaspora pour favoriser des joint-ventures entre investisseurs camerounais expatriés et le gouvernement.

En fait,  les Camerounais de la diaspora suggèrent l’instauration d’un nouvel esprit entre les autorités gouvernementales et les citoyens camerounais vivant à l’étranger. Ils se sont dit solidaires de la vision économique du président Paul Biya telle que contenue dans le document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE).

André Fouda

Cameroon Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 + 13 =