Cameroun : 4,5 millions de plants de cacaoyers et caféiers seront mis à la disposition des producteurs en 2017

 

(Agence Ecofin) – Le gouvernement camerounais, à travers ses différents démembrements chargés de promouvoir la culture du cacao et du café, mettra à la disposition des producteurs une cargaison de 4,5 millions de plants au cours de la campagne agricole 2017 qui a été officiellement lancée, le 10 mars 2017, dans la ville de Buéa, la capitale régionale du Sud-Ouest.

Selon les révélations faites par le ministre de l’Agriculture, Henri Eyébé Ayissi, cette cargaison sera constituée de 2 millions de plants de cacaoyers et 2,5 millions de plants de caféiers. Ce matériel végétal gracieusement offert aux producteurs, par l’Etat, devrait aider au renouvellement d’un verger cacao-café jugé vieillissant et, par conséquent, de moins en moins productif.

Pour rappel, l’indisponibilité du matériel végétal a souvent été listée par les producteurs parmi les obstacles au développement de l’agriculture au Cameroun. A titre d’exemple, au terme d’une campagne caféière 2012-2013 catastrophique (16 000 tonnes produites), le Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC) avait lancé, en janvier 2014, dans trois bassins de production du Cameroun (Ouest, Est et Littoral), le Programme d’urgence de relance ciblée de la caféiculture (Purc-café).

Le Purc-café qui avait pour objectif de créer annuellement 600 hectares de nouvelles plantations, soit 1 800 hectares sur 3 ans, n’avait malheureusement pas pu être réalisé, à cause principalement de l’indisponibilité des plants. Selon le CICC qui avait alors sollicité du programme semencier national un lot de 780 000 plants de caféiers, seulement 75 000 plants avaient été mis à la disposition du Purc-café, soit moins de 10% de la demande.

Relancé et redimensionné en 2016, le Purc-café devrait également fournir, en cette année 2017, une «cargaison record» de 2 millions de plants de caféiers, avait annoncé le secrétaire exécutif du CICC, Omer Gatien Malédy. C’était il y a un an au cours d’une cérémonie à Yaoundé.

Brice R. Mbodiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois × 1 =