Production du cacao : Une légère augmentation en 2012

 

La production cacaoyère du Cameroun a connu une hausse de plus de 21 000 tonnes, passant de 206 000 tonnes en 2010-2011 à 228.941 tonnes au cours de la saison 2011-2012. Cette information a été communiquée vendredi dernier par le ministre camerounais de l’Agriculture et du développement rural, Essimi Menyé, à Ambam (Sud Cameroun) l’occasion du lancement de la saison cacaoyère.

Le Cameroun est engagé dans un programme qui vise à améliorer sa production et cherche à atteindre 600 000 tonnes à l’horizon 2020. Pour atteindre cet objectif, l’on compte sur la création de nouvelles exploitations, le renouvellement de celles plus anciennes et l’implication de jeunes dans la filière cacao. S’agissant de la création de nouvelles plantations, le gouvernement entend pour cela miser sur la multiplication des champs semenciers en vue de mettre à la disposition de cultivateurs des variétés plus performantes. S’agissant de l’implication des jeunes, il sera créé dès la rentrée scolaire prochaine à Nkoemvone une National Cocoa Academy, un programme de formation qui permettra au Cameroun de mettre à la disposition de la filière cacao des jeunes gens bien formés en matière de culture et de transformation du cacao.

En plus de produire davantage, le Cameroun ambitionne d’améliorer les pratiques post-récoltes dans le but de mettre sur le marché un produit de bonne qualité. Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, a prescrit la rééducation des planteurs sur les techniques de fermentation et de séchage pour répondre aux exigences du marché. À cet effet, la contribution de l’Office national du cacao et du café (ONCC) dont la mission est de veiller sur la qualité de ces produits, sera déterminante.

Par ailleurs, le Cameroun envisage de valoriser la consommation locale du cacao en transformant sur place la moitié de la production à l’horizon 2020. Le gouvernement camerounais annonce l’installation de deux nouvelles unités de transformation en plus de la SIC Cacao. Ces trois unités pourraient transformer à brève échéance 60 000 tonnes de cacao.

Par ailleurs, l’on annonce la mise sur pied d’un Fonds de garantie pour le financement des producteurs, dont le capital de départ sera de 100 millions FCFA.

André Fouda

Cameroon Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

un × quatre =