Cameroun- Crise anglophone : Paul Biya reçoit un émissaire du Président Buhari

 

Le président Paul Biya a reçu en audience ce jeudi matin, au palais de l’Unité, le Haut-commissaire du Nigéria au Cameroun, Lawan Abba Gashagar, envoyé spécial, porteur d’un pli fermé du président nigérian, Muhammadu Buhari.

Paul Biya et son hôte ont passé en revue l’état des relations entre le Cameroun et le Nigéria, avec un accent particulier sur la situation socio-politique dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Le diplomate nigérian a condamné l’usage des violences comme moyen de résolution des  conflits et présenté le dialogue comme le meilleur allié.

Lawan Abba Gashagar a réaffirmé à la presse le soutien de son pays au Cameroun, pays voisin, frère et ami, jaloux de son unité.

Il y a quelque semaines, le président Paul Biya avait déjà dépêché  auprès son homologue nigérian, son ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, René Emmanuel Sadi, porteur d’un message  tout aussi  spécial, dont le contenu, même non dévoilé, devait certainement se rapporter aux activités des terroriste sécessionnistes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

C’est le lieu de souligner que nombre de leaders impliqués dans la dégradation du climat  sécuritaire dans les deux régions anglophones du Cameroun, ne font pas mystère  de leur proximité géographique avec le Nigéria où, vraisemblablement,  ils  se replient allègrement pour se soustraire  à tout contrôle après les  exactions commises en  territoire camerounais.

Sur ce plan, la Commission des Droits de l’Homme et des Libertés du Cameroun, suite à une réunion spéciale tenue à Yaoundé, le 04 décembre 2017, sous la présidence de son président, Chemuta Divine Banda, a condamné  sans réserve l’escalade de la violence dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest et exhorté le gouvernement camerounais à ouvrir une enquête qui permettra  d’identifier tous les auteurs des tueries perpétrées en vue  de les traduire devant les juridictions afin qu’ils répondent de leurs actes conformément à la loi et dans le respect des droits humains.

Selon un communiqué de presse signé ce jeudi par le ministre délégué à la présidence chargé de la défense, Joseph Beti Assomo, la cérémonie officielle de levé des corps des quatre militaires tués à Otu par Mamfe dans le département de la Manyu, région du Sud-ouest, les 29 et 30 novembre 2017  se  déroule à Buea  ce vendredi, 08 décembre 2017.

J.KOMA

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

huit + six =