Business : Les Turcs veulent investir au Cameroun

 

La Turquie s’intéresse à la construction d’infrastructures aéroportuaires et énergétiques au Cameroun. C’est ce qui ressort d’une audience accordée à Yaoundé le 25 mars 2014 par le chef de l’État camerounais Paul Biya à Mehmet Nazif Günal, président du Groupe MNG Holding.

Au sortir de l’audience que lui a accordée le chef de l’exécutif camerounais en présence d’Omer Faruk Dogan, l’ambassadeur de Turquie à Yaoundé, Mehmet Nazif Günal a annoncé à la presse que son holding était intéressé par la construction d’un aéroport international et de deux barrages hydroélectriques au Cameroun. Mais aucune précision n’a été donnée relativement à l’agenda de réalisation de ces projets.

Mehmet Nazif Günal est un homme d’affaires prospère qui figure au classement du magazine Forbes comme étant l’une des plus importantes fortunes mondiales. À l’occasion de cet entretien avec la presse, on a appris que MNG, le Holding dont Mehmet Nazif Günal est le président, peut, entre autres réalisations, se prévaloir d’avoir construit le troisième aéroport international d’Istanbul, la capitale économique de la Turquie.

Pour l’ambassadeur Omer Faruk Dogan, la visite du président de MNG Holding à Yaoundé traduit la volonté du secteur privé et de l’État turcs de participer au processus devant conduire à l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. D’où donc leur intérêt pour les infrastructures et l’énergie, deux secteurs qui se situent au centre du développement économique du Cameroun. Les Turcs s’intéressent par ailleurs au tourisme et aux logements sociaux.

Une entreprise turque a récemment remporté le marché de rénovation de la Société nationale de raffinage (SONARA) à l’issue d’un avis d’appel d’offres.
C’est début mars dernier que l’ouverture officielle de l’ambassade du Cameroun à Ankara a été annoncée. En 2013, les échanges commerciaux entre les deux pays étaient estimés à 75 milliards de F CFA, mais il y a lieu d’observer qu’ils sont appelés à connaître une croissance rapide pour atteindre un volume de 250 milliards de F CFA en 2015.

Marc OMBOUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux × deux =