Le Cameroun adopte un programme avec le FMI pour redresser son économie

 

 

Le 26 juin 2017, le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un programme économique triennal  à travers lequel l’institution de Bretton Woods accorde au Cameroun une aide financière de 666,2 millions de dollars, soit environ 390 milliards de de F CFA, pour l’aider à redresser son économie.

C’est ce qui ressort d’un communiqué publié par cette institution lundi dernier. Ces fonds, qui relèvent de la Facilité de crédit élargie (Fec), seront mis à la disposition du Cameroun pour l’aider à redresser son économie qui connait des difficultés du fait notamment de la chute des cours des produits pétroliers sur le marché international.

La Facilité élargie de crédit devra être déboursée suivant un échelonnement sur trois ans. La première tranche, soit 171, 3 millions de dollars soit environ 99, 249 milliards de F CFA, devrait, être déboursée dans des délais relativement courts.

Le FMI reconnait que « le Cameroun a été durement frappé par la chute des prix du pétrole ainsi que par des facteurs d’insécurité qui ont affecté l’activité de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ».

Tout en étant l’économie la plus importante de la sous-région, l’économie camerounaise doit faire face à une décélération de sa croissance, à un déclin de sa marge monétaire et à une hausse rapide de sa dette publique, reconnaissent les argentiers de Bretton Woods.

Pour faire face à cette situation, le Cameroun et le FMI se sont entendus sur un programme à travers lequel Yaoundé devra consolider son budget et mettre en place des réformes pour diversifier ses revenus non-pétroliers.

Il s’agit en quelque sorte d’un plan anticrise qui s’étale sur trois ans, de 2017 à 2019. Il comporte des mesures concernant l’élargissement de l’assiette fiscale, au titre de l’exercice 2017(création d’une taxe de séjour dans les hôtels, rétablissement de la taxe spéciale sur les produits pétroliers et élargissement du champ d’application de la taxe sur les jeux de hasard).

On se souvient que leur de leur dernière rencontre avec les bailleurs de fonds à Yaoundé en décembre de l’année dernière, les pays de la CEMAC s’étaient engagés à négocier séparément des programmes pour leur permettre de sortir de la situation difficile dans laquelle ils se trouvent.

A ce jour, la Centrafrique, le Tchad et le Gabon ont déjà conclu un programme avec le FMI. Des négociations sont en cours en ce qui concerne le Congo et la Guinée équatoriale.

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × deux =