Cameroun – Commerce : baisse des importations de 13,4% en 2016

 

Les importations camerounaises ont connu une baisse de 13,4%, au cours de l’année 2016, pour se situer à 3 095,5 milliards de francs CFA, c’est ce que révèle le Comité technique national de la balance des paiements.

Le comité explique cette réduction des importations en partie par le dynamisme observé, au plan local, dans le secteur de la pêche et de la production de ciment. En effet, les importations de poissons de mer congelés ont connu une baisse remarquable. Pour ce qui est du ciment, les importations ont baissé de 91%. Selon certaines sources elles auraient même été interdites par le gouvernement, en raison de la hausse de l’offre locale.

S’agissant des importations de poissons, on note que depuis au moins 2 ans, le gouvernement camerounais multiplie les initiatives pour promouvoir l’aquaculture. Il a, par exemple lancé, lancé un projet baptisé « Appui au développement de l’élevage du tilapia en cage au Cameroun », avec le concours de la FAO, qui vise à produire des alevins, afin d’approvisionner les aquaculteurs du pays.

Ces alevins alimentent, entre autres partenaires, les membres des agropoles de production et de commercialisation de poissons que l’État multiplie dans le pays depuis 2 ans, à travers le projet Agropoles piloté par le ministère de l’Économie.

Le gouvernement camerounais compte ainsi, à travers ces initiatives diligentées par le ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales, porter la production aquacole du pays à 100 000 tonnes de poissons par an. Cette production plafonnait à seulement 1 000 tonnes, il y a quelques années. Alors que la demande nationale atteint 400 000 tonnes, la production globale (aquaculture et pêche) pour sa part, se situerait officiellement à environ 176 000 tonnes.

En ce qui concerne le ciment, on note une évolution remarquable. En effet, après près d’un demi-siècle de monopole, la société les Cimenteries du Cameroun (Cimencam), filiale locale du groupe Lafarge Holcim, doit désormais faire face à une rude concurrence. Trois nouvelles cimenteries ont en effet vu le jour, dont notamment celle du milliardaire nigérian Aliko Dangote, devenue leader sur ce marché.

Avec une production locale suffisante, le Cameroun peut se permettre de limiter au strict minimum ses importations en la matière.

La réduction des importations devrait avoir des répercussions sur la balance des paiements du Cameroun dont la tendance déficitaire s’accentuait ces dernières années. En effet, entre 2013 et 2015, ce déficit a progressé de 137 milliards de francs CFA, passant de 557 à 693,9 milliards de francs CFA.

Moane Ehindi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

5 × 2 =