Cameroun-Economie : 76 milliards de FCFA de financement disponibles pour les PME

 
Les financements seront plus accessibles pour les Petites et Moyennes entreprises camerounaises  au cours de l’exercice budgétaire 2018. En effet, les pouvoirs publics viennent d’ouvrir une importante ligne de crédit d’un montant de 76 milliards de F CFA dans les livres de la Banque camerounaise des Petites et Moyennes entreprises (BCPME).

De bonnes sources à l’intérieur de cette banque publique, les promoteurs d’entreprises intéressés peuvent  d’ores et déjà monter les dossiers  et les déposer dans les lieux appropriés. La Banque camerounaise des Petites et Moyennes entreprises abrite, dans ses  deux agences de Douala et de Yaoundé,  des projets bancables qui n’attendent que d’être financés.
Ce soleil qui se lève déjà sur les Petites et Moyennes entreprises camerounaises en 2018, plonge ses racines  dans le message du chef de l’Etat à la nation, le 31 décembre 2017. Le président Paul Biya y annonçait que l’accès au crédit serait facilité aux Petites et Moyennes entreprises camerounaises en 2018.
 Dans le budget de l’Etat du Cameroun en 2018, cette option stratégique du gouvernement  est prise en compte. La dette  intérieure de l’Etat pourra bénéficier d’une provision de plus de quatre cents milliards de FCFA sur lesquels les responsables des PME comptent pour voir payer les arriérés à eux dus par le trésor public sur les prestations servies dans les différentes facettes de la commande publique.
Il faut noter que le gouvernement camerounais accorde une place cardinale au renforcement du poids des PME dans l’économie du pays. En date du 18 mars 2010, le premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, a émis une  instruction relative aux formalités administratives de création  d’entreprises au Cameroun.
Dans ce contexte, l’objectif réaffirmé par les pouvoirs publics est de mettre en place des centres des formalités de création des entreprises(CFCE) dans le but de ramener en un seul lieu physique, les formalités de création, de modification et de cessation d’activités des entreprises jusque-là éparpillées dans plusieurs administrations localisées dans plusieurs points d’une même ville.
J. KOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

17 − douze =