Cameroun-France : 170 milliards disponibles dans le compte du C2D

 

Le compte ouvert à la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) dispose de 170 milliards de F CFA sur les 566 milliards déjà mis à la disposition du Cameroun par la France au titre des deux premières phases du crédit désendettement- développement (C2D). C’est ce qui ressort de la septième session du Comité d’orientation et de suivi du C2D tenu le 18 décembre dernier à Yaoundé. Ces assises étaient co-présidées côté camerounais par Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances, Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre de l’Économie, et côté français par Christine Robichon, ambassadrice de France au Cameroun.

Tout en essayant de comprendre les raisons de la sous-consommation des ressources mises à disposition, le Comité d’orientation et de suivi du C2D s’est appesanti sur les moyens d’accélérer la mise en œuvre de certains programmes en fluidifiant les décaissements. Il est en effet avéré que les lenteurs dans le décaissement des sommes allouées à des projets justifient la sous-consommation des montants mis à disposition. Principaux concernés, les secteurs de la santé et de l’éducation où, dit-on, des retards sont observés au démarrage de certains programmes. À ces lenteurs, s’ajoutent, ainsi que l’a expliqué le ministre camerounais des Finances, les réformes intervenues en 2013 sur le système des marchés publics et le montage des dossiers des projets à réaliser de même que les études y afférentes.

Le gouvernement camerounais se montre cependant optimiste quant à l’avenir. Alamine Ousmane Mey soutient que certaines problématiques liées à la sous-consommation du C2D ont déjà trouvé solutions. Le ministre camerounais des Finances affirme que dès le début de l’année prochaine, l’on devrait escompter une absorption plus importante de ces ressources dans la mesure où des projets, dans le domaine de l’éducation notamment, sont déjà ficelés et les marchés lancés. Un avis partagé par Christine Robichon, l’ambassadrice de France qui soutient : « en 2014, nous allons voir davantage de choses se réaliser sur le terrain, avec des impacts et des bénéfices très concrets pour les populations du Cameroun ».

Le C2D résulte du processus de la remise de la dette du Cameroun par la France. Il permet de réinvestir au Cameroun une partie de la dette payée à la France par l’État camerounais. Le CD2 concerne certains secteurs prioritaires tels que l’agriculture, le développement rural et urbain, l’éducation, la formation, la santé, l’accès à l’eau potable. Ce programme est exécuté depuis 2006. Pour la deuxième phase, 213 milliards de F CFA doivent être investis au Cameroun. L’objectif final étant de rendre le secteur productif camerounais plus compétitif.

Marc OMBOUI

Cameroon Report

2 pensées sur “Cameroun-France : 170 milliards disponibles dans le compte du C2D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

11 + treize =