Cameroun – Grippe aviaire : Les mesures restrictives  levées dans la région de l’Ouest

 

Selon le quotidien Cameroon Tribune en kiosque ce mercredi, 24 janvier 2018, le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, a signé  le 18 janvier 2018, un arrêté régional portant levée des mesures de lutte contre la grippe aviaire dans la région de l’ouest. Les différents acteurs de la filière avicole ont favorablement accueilli ce texte qui ouvre la phase de relance des activités fortement asphyxiées par une violente épidémie de grippe aviaire.

Selon des témoignages concordants relatés par le reporter de CT,  nombre de difficultés s’amoncellent à l’horizon des perspectives de relance de la filière avicole à l’Ouest. Notamment, la disponibilité des parentaux qui permettent de produire les poussins, de les mettre à la disposition de éleveurs  qui vont les installer afin de produire les pondeuses sur une période de six mois , d’avoir les premiers œufs  et de penser aux poulets de chair  45 jours plus tard.

L’arrêté du gouverneur de la région de l’Ouest arrive au moment où les experts du secteur affirment que l’Ouest a perdu près de 40% de ses investissements de production de poulets et d’œufs. Il faudrait environ deux ans, si toutes les conditions d’accompagnement sont remplies, pour retrouver le niveau de performance de la filière avicole d’avant l’apparition de la fameuse grippe aviaire au Cameroun.

Entre 2016 et 2017, l’épizootie de la grippe aviaire a ravagé une grande partie du cheptel avicole du Cameroun. Les conséquences de la crise ont été encore plus ressenties  dans la région de l’Ouest, considérée comme le plus grand bassin de production du Cameroun (environ 60 % des pondeuses, et près de 80% de poulets et d’œufs consommés au Cameroun).

Au sortir de la première épizootie de mai 2016 qui partit de Yaoundé pour atteindre les grandes zones de production, les aviculteurs avaient déploré une perte sèche évaluée à environ 16 milliards de F CFA. Plus grave, à la fin du rouleau, toute la filière a enregistré un déficit  estimé à près de 66 milliards de F CFA.

J.KOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

15 − 15 =