Cameroun-Nigeria : le GICAM pour un accord de partenariat économique

 

Le Groupement inter-patronal du Cameroun exprime le vœu que le Cameroun signe un accord de partenariat (Ape) avec le Nigeria. Célestin Tawamba, le président du GICAM, l’a dit au ministre du Commerce lors d’une audience que Luc Magloire Mbarga Atangana a accordée à une délégation du conseil exécutif du GICAM le 24 août dernier.


Pour le GICAM, un Ape avec le Nigeria devrait permettre la levée des barrières douanières entre les deux pays, comme c’est déjà le cas avec l’Union européenne depuis août 2016. Par ailleurs, soutient-on au GICAM, un tel accord devrait aussi aider à sortir les échanges commerciaux entre les deux pays de l’informel pour intégrer un cadre plus formel.

Même si les échanges entre les deux ont connu une baisse importante, de l’ordre de 50% en 2016, le volume des échanges entre les deux pays demeure très important. Mais la balance commerciale entre les deux pays reste très largement déficitaire au détriment du Cameroun. Le volume des exportations nigérianes vers le Cameroun est estimé à 58% du total des produits importés par le Cameroun es importations. Cependant que les produits camerounais exportés vers le Nigeria s’établissent à seulement 8% des exportations du Cameroun.

En effet, le Nigeria demeure le deuxième fournisseur du Cameroun et son quatorzième client. Les deux pays sont liés depuis le 11 avril 2014 par un accord commercial dont le but est de développer leurs échanges commerciaux.

La présence à la frontière commune entre les deux pays du groupe terroriste Boko Haram – et la situation d’insécurité qui en découle – constitue, à n’en point douter, un obstacle au bon déroulement des échanges commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria.

Par ailleurs, la dévaluation du naira, la monnaie nigériane, a eu pour conséquence le renchérissement des exportations camerounaises.

Pour les observateurs comme pour les opérateurs économiques, avec ses 190 millions d’habitants, le Nigeria constitue un important marché pour le Cameroun. D’où donc la nécessité pour les Camerounais d’explorer les voies et moyens de conquérir ce vaste marché. C’est ce à quoi semble s’engager le GICAM

Moane Ehindi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

15 − cinq =