Cameroun – Une technopole va bientôt voir le jour dans la Haute Sanaga

 

Elle a été annoncée par le ministre camerounais de l’Industrie et des mines, Ernest Ngwaboubou. Cette technopole est destinée à servir de grenier à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et au Nigeria.

Il s’agit d’une technopole agroindustrielle de plus de 400 ha à ériger à Ouassa Babouté, un village de l’arrondissement de Nkoteng, département de la Haute Sanaga, région du Centre. Le ministère en charge de l‘l’Industrie vient en effet de boucler le plan directeur de ce projet qui date de janvier 2017.

Pour la mise en place de ce projet, le gouvernement camerounais, aux dires du ministre Ernest Gbwaboubou, bénéficie de l’appui technique de l‘Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Ernest Gwaboubou présente ce projet comme l’exemple type de la nouvelle donne dans le secteur agro-industriel qui devra guider l’ambition du Cameroun de devenir le grenier des 10 pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale et du Nigeria, soit un marché de plus 150 millions de potentiels consommateurs.

L’ambition du gouvernement camerounais est donc clairement de faire du Cameroun, pays dont les potentialités agroécologiques font des envieux, le grenier de la sous-région. En même temps, il est question de limiter les importations pour combler la demande locale. En effet, le Cameroun a importé 1,388 million de tonnes de produits alimentaires en 2015 pour plus de 800 milliards F CFA, dépassant ainsi, pour la première fois, les hydrocarbures (1,294 million de tonnes) et le clinker (1,323 million de tonnes).

Parmi les principaux produits alimentaires importés, figurent notamment le riz (730 000 tonnes), le poisson (217 000 tonnes), le sel de cuisine (139 000 tonnes) et divers autres produits alimentaires (301 000 tonnes).

Pour sa part, Ernest Gwaboubou affirme que « en configurant l’agro-industrie comme un sanctuaire, le PDI adresse cette problématique pour relever le défi de la croissance démographique et de la sécurité alimentaire. Le développement des technopoles agro-industrielles a été retenu comme principale orientation stratégique dans ce sens ».

M.E.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

19 + dix-huit =