CEMAC – BEAC : un dispositif d’apport de liquidité d’urgence aux banques des États membres

 

A en croire le gouverneur de la BEAC, ce dispositif permettra «aux établissements de crédit jugés solvables, de faire face aux tensions temporaires de liquidité pouvant affecter la stabilité financière».

La mesure a été adoptée par le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC)  réuni le 19 décembre 2017 à Yaoundé, la capitale camerounaise. Il s’agit de la décision portant sur le cadre général du dispositif d’apport de liquidité d’urgence aux établissements de crédit des six pays membres de de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Selon Abbas Mahamat Tolli, le Tchadien qui préside aux destinées de l’institut d’émission des six pays de la CEMAC, que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Tchad et la République centrafricaine, avant même la validation de ce cadre général, la Commercial Bank Tchad (CBT) avait déjà bénéficié des bienfaits de ce nouveau dispositif, à travers la mise à disposition d’une enveloppe de 11 milliards de francs Cfa, par la BEAC.

Cette décision, a souligné Abbas Mahamat Tolli, faisait suite à une décision prise lors du Comité de politique monétaire de la BEAC, tenu le 22 mai 2017.

Le système d’apport de liquidité d’urgence aux banques de la CEMAC, précise le gouverneur de la BEAC, est suffisamment encadré pour éviter que les établissements de crédit s’en servent, pour simplement capter de la liquidité supplémentaire, bien que ne se trouvant pas en situation de tension de trésorerie.

Les mesures prises pour éviter pareilles dérives, apprend-on, peuvent ainsi aller jusqu’à l’interdiction de distribuer les dividendes aux actionnaires, avant le remboursement complet des fonds mis à disposition par la Banque centrale, après un examen minutieux de la situation de la banque concernée, par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC), le gendarme du secteur bancaire dans la zone CEMAC.

Source : Investir au Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

16 − 13 =