CEMAC: la bourse des valeurs passe à Douala

 

Douala devient le seul pôle de concentration de l’activité boursière de la CEMAC. Libreville va abriter, par contre, le siège du régulateur du marché financier régional. C’est la fin de la concurrence entre deux bourses dans la sous région

La nouvelle se trouve à l’avant dernière page du communiqué final de ce sommet. Les chefs d’État ont pris une décision importante en rapport avec le rapprochement tant attendu des bourses de valeur. Le tissu économique sous régional ne se prêtait pas l’existence de deux bourses. Depuis leurs créations, la bourse régionale à Libreville, et la Douala Stock Exchange n’avait pas une activité particulière abondante. L’option préconisée par les experts était simple. Il fallait fermer l’une des deux bourses.

En choisissant d’installer la bourse sous régionale à Douala, les chefs de la CEMAC ont choisi la voie de la réalité. La bourse de Douala passe d’un statut national à une dimension sous régionale. C’est la ville au plus grand tissu économique, du pays au plus important PIB, de la zone CEMAC qui va abriter le siège de la bourse. En échange, Libreville va abriter le siège du régulateur du marché financier de la sous-région.

L’autre résolution est relative au financement de la communauté. La mise en œuvre de la taxe communautaire d’intégration a été relancée. Ainsi les arriérés accumulés ont été annulés à hauteur de 90%. Les pays membres ont le devoir de s’acquitter des arriérés. Ils doivent désormais collecter ces prélèvements de 1% des transactions douanières. Le sommet constate une amélioration progressive de relative de la situation des réserves de change.

Six nouveaux membres de la commission ont été nommés. L’ancien premier ministre gabonais Daniel Ona Ondo en est le président. La vice-présidente, la tchadienne Fatima Haram Acyl est la seule femme du groupe. C’est un autre camerounais issu d’une région anglophone qui remplace Paul Tasong.  Shey Jones Yembe est un ancien membre du gouvernement. Il est actuellement le président du conseil d’administration du Port Autonome de Douala

La CEMAC a validé sa propre politique communautaire des transports ainsi que la politique énergétique de l’Afrique centrale (zone CEEAC). Un soutien aux compagnies aériennes de la sous-région est envisagé La commission de la CEMAC a reçu la mission d’élaborer un répertoire des produits disponibles de la zone. Ce répertoire doit servir de base à la relance de la consommation de ces produits dans les pays de la zone.

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois × 3 =