Cession des actifs de Aes à Actis : Le OK du gouvernement camerounais

 

La presse annonce ce 23 janvier 2014 la décision du gouvernement camerounais de donner son quitus à Aes pour la cession de l’intégralité de ses actifs dans le secteur énergétique au Cameroun au fonds d’investissement britannique Actis. Selon les mêmes sources, cette décision, qui était attendue depuis environ six mois, aurait été prise depuis le mois de décembre dernier.

Il faut rappeler que c’est en novembre 2013 que la nouvelle selon laquelle Aes et Actis étaient arrivés à un accord sur cette transaction pour un montant de 110 millions de dollars US avait été rendue publique. Restait alors que, conformément au contrat de cession qui liait Aes à l’État depuis 2001, le gouvernement camerounais donne son accord.

Apparemment, les autorités de Yaoundé avaient été notifiées depuis le 26 juillet 2013, et disposaient de 90 jours pour s’opposer ou alors permettre la transaction. Le gouvernement a dû demander un délai supplémentaire pour prendre sa décision. Ce qui a ouvert la voie à moult supputations. Alors que certaines parties prenantes souhaitaient des actions de Aes par l’État, des rumeurs persistantes voyaient déjà l’entrée en scène d’Électricité de France. Ceci d’autant que le Cameroun a toujours travaillé avec un partenaire stratégique, c’est-à-dire qui maîtrise le secteur de l’électricité. Ce qui n’est pas le cas d’Actis. Finalement, le gouvernement a préféré ne pas s’opposer à cette opération. Actis devient, au terme de la transaction, détenteur de 51% des actifs de Aes-Sonel. Reste maintenant à clarifier le sort qui sera réservé au personnel.

Les actifs de AES au Cameroun portent notamment sur trois entreprises que sont AES-Sonel, Kribi Power Development Corporation (Kpdc) et Dibamba Power Development Corporation (Dpdc). Avant cette cession, l’État du Cameroun avait engagé depuis quelque temps un processus de relecture du contrat de concession avec Aes. La question se pose maintenant de savoir si les exigences de la partie camerounaise vont être prises en compte par le nouveau partenaire ou s’il va falloir reprendre avec lui le processus.

Selon les observateurs, Aes, qui avait acquis des parts dans la société nationale d’électricité pour environ 23 milliards de F CFA, a réalisé une excellente affaire. Il reste que le secteur de l’électricité au Cameroun est particulièrement porteur et attractif notamment au vu du potentiel dont dispose ce pays et surtout d’importants investissements engagés en matière de construction de barrages et autres infrastructures qui vont améliorer son offre d’électricité.

Marc OMBOUI
Cameroon Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

12 − six =