Doing Business : le Cameroun améliore sa note

 

Dans la dernière édition du classement Doing Business sur l’amélioration de l’environnement des affaires, le Cameroun passe du 166è au 163è rang dans le monde.

Le Cameroun gagne 2,18 points dans sa note globale du Doing Business. Cette note passe de 45,05 l’année dernière à 47, 23 dans le dernier classement publié par la Banque Mondiale. Avec  cette note, le Cameroun est classée 33è pays en Afrique subsaharienne. La note globale moyenne en Afrique au sud du Sahara est de l’ordre de 50,43%. Dans la zone CEMAC, le Cameroun est le pays le mieux classé. Le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Congo sont respectivement 167è, 173è et 179è. Le Tchad est au 180è rang alors que la Centrafrique est classée 184è. Le Nigeria, le grand voisin du Cameroun est au 145è rang.

Les progrès du Cameroun dans ce dernier classement Doing Business  résultent des progrès réalisés dans plusieurs domaines. Il s’agit surtout de l’accès au crédit (25%) et de la création d’entreprise (7,12 %). Sur ces deux points, le Cameroun fait mieux que la moyenne des économies d’Afrique subsaharienne. On peut évoquer aussi les progrès observés dans le paiement des impôts et des taxes (0,93%). D’après le rapport, les opérations fiscales (nombre et délais) au Cameroun dépassent néanmoins les moyennes sur le continent. Le Cameroun fait moins bien que ces voisins de la sous-région.

La mise en place d’un fichier bancaire national des entreprises, d’une centrale des incidents de paiement, et le succès des centres de création d’entreprise sont pris en compte par les 13 000 contributeurs du classement Doing Business pour 2018. Il est désormais possible de créer une entreprise en 6 à 7 jours. L’obtention du permis de construire et le raccordement à l’électricité inhibent encore la réputation de l’environnement des affaires au Cameroun. Le rapport indique une procédure de 135 jours en 15 étapes pour le permis de construire. Il faut 4 jours et 4 étapes pour obtenir un branchement électrique.

Globalement ce classement Doing Business conclut à une densité des reformes au sein des économies africaines. La marge de reformes reste importante pour les économies africaines. Il est élaboré à partir de des observations législatives et réglementaires de l’environnement des affaires. Cette année, le classement ne prend pas en compte au Cameroun  la réglementation du travail bien qu’il soit intitulé « reformer pour créer des emplois ». Les données ont été mises à jour au 1er juin 2017. Les enquêtes  mesurent surtout la facilité à faire des affaires dans l’agglomération des d’affaires la plus importante du pays.

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

9 + 10 =