CEMAC : Un sommet pour une intégration économique réussie

 

Le sommet extraordinaire de Ndjamena, ce mardi, doit construire les conditions d’une intégration économique basée sur le succès de l’intégration monétaire.

D’après la présidence tchadienne, les chefs d’État de la CEMAC arrivent ce jour à Ndjamena. Les arrivées sont prévues tout au long de cette journée du lundi 30 octobre 2017. Les travaux proprement dits de ce sommet extraordinaire vont se dérouler par contre  ce mardi 31 octobre 2017 à l’hôtel Radisson Blu de Ndjamena. Ils sont placés sous le thème « Intégration accélérée pour une CEMAC émergente. ». La CEMAC avait jusqu’ici mis un accent sur la coopération monétaire. Dans ce sens la BEAC, la banque des États de l’Afrique Centrale avait permis de réaliser une intégration monétaire. Il est maintenant question d’accélérer l’intégration commerciale.

Les travaux des experts jeudi et vendredi ont confirmé l’orientation économique de ce sommet. Les ministres des six pays membres travaillent, en principe, depuis dimanche dans la capitale tchadienne. Le ministre tchadien de l’Économie et de la planification du développement, a indiqué que « ce sommet fait suite à la signature des accords sur la libre circulation des biens et des personnes ». M. Ngueto Tiraina affirme que ce sommet vise à « C’est pour confirmer une intégration économique qui doit réussir comme l’intégration monétaire l’a déjà fait» Les experts estiment que la libération des échanges économiques et financiers devrait avoir un impact réel sur la vie des populations.

La question du financement du fonctionnement des institutions de la CEMAC sera également au cœur des travaux. Plusieurs États tardent à reverser la Taxe communautaire d’intégration, destinée  à couvrir les dépenses de fonctionnement de l’organisation. Ce prélèvement de 1% des transactions douanières effectué sur les importations, a été mis en place pour financer intégralement les activités. Il est question d’évaluer sa mise en œuvre. Le renouvellement des mandats à la tête de certaines institutions communautaires sera également au centre des travaux. La présidence de la commission devrait notamment changer de chef. Le gabonais Daniel Ona Ondo devrait remplacer le congolais Pierre Moussa

Sango Longue

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 × 1 =