La Chine donne 8,3 milliards pour la construction du siège de l’Assemblée nationale

 

Ce don et deux prêts de bonification gouvernementale de Eximbank de Chine étaient tous au cœur de la signature d’accords du weekend dernier entre les deux pays.

La seconde phase du projet d’alimentation en eau potable au Cameroun est l’objet du premier accord cadre. Neuf centres urbains du Cameroun sont concernés par ce projet. Celui-ci sera éffectivement mis en œuvre au cours de la période 2018-2021. Dschang, Yabassi, Maroua, Garoua et Garoua-Boulai font ainsi partie de la liste des villes concernées. Pour la réalisation de ce projet, Eximbank de Chine accorde un prêt de 53,5 milliards de FCFA au Cameroun. La Chine avait déjà participé au financement des projets d’alimentation en eau potable à Yaoundé ét à Douala.

Un autre accord-cadre signé également vendredi, porte sur la somme de 19,46 milliards de francs CFA. Il vise à financer intégralement  le projet E-gouvernement de facilitation du commerce et du système de vérification de l’E-certification. C’est une action d’amélioration du climat des affaires dans le pays. Une plateforme de services et d’informations générales sera également mise en place. Elle va assurer notamment la gestion des normes, de la qualité et des différentes opérations du commerce international.

Un accord de coopération économique et technique porte, quant à lui,  sur une somme de 8,3 milliards. Ce financement est, en réalité, un don sans contrepartie de la Chine pour la construction du nouvel immeuble-siège de l’Assemblée nationale au Cameroun. Il est prévu que cette infrastructure ait à occuper une superficie de 37 500 m2. Elle aura notamment un bâtiment principal, des bureaux, un hémicycle, une salle des fêtes, un bâtiment des pompiers, un local technique et des guérites.

Ce sont trois projets qui seront diversement financés par la république populaire de Chine pour une somme totale de 81, 300 milliards de Francs CFA. Les accords ont été  signés, côté chinois par l’ambassadeur au Cameroun, Wei Wenhua. Coté camerounais, c’est Louis Paul Motaze, le ministre de l’économie qui a procédé à la signature de ces trois documents. D’après la diplomatie chinoise, Le Cameroun est  le deuxième bénéficiaire des financements chinois en Afrique.

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 × quatre =