Les hydrocarbures et les ressources minières

 

La croissance du Cameroun a longtemps reposé sur le secteur pétrolier qui était alors le secteur économique le plus dynamique du pays.

A mi parcours de l’exécution du budget 2005, les produits d’exportations pétroliers ont produit 135,8 milliards contre 107 milliards en fin mai 2004. Soit une augmentation de 27% entre les deux périodes.

La flambée des coûts du brut sur le marché international redore le secteur malgré l’épuisement progressif des gisements.

Plusieurs activités sont opérationnelles dans ce secteur, la production des huiles brutes de pétrole, principal produit d’exportation, la vente de carburants et lubrifiants, et la production de pétrole brut.

Un cadre législatif plus attractif

L’Etat camerounais a pris un certain nombre de mesures destinées à rendre le cadre contractuel et fiscal des sociétés pétrolières plus attractif, en vue de relancer l’exploration et d’encourager le développement de champs marginaux (environ 3 millions de tonnes de réserves) pour faire face au déclin de la production.

Deux types de contrats pétroliers peuvent être ainsi conclus : le contrat de concession (CC) et le contrat de partage de production (CPP).

La SONARA, seule unité de raffinerie des produits pétroliers du pays écoule 65% de sa production à l’intérieur du pays.

Le gaz, une opportunité à saisir

Le Cameroun dispose de 160 milliards de m3 de réserves de gaz prouvées depuis une vingtaine d’années dans les bassins de Rio Del Rey et de Kribi. Mais elles sont encore non exploitées pour des raisons de rentabilité et de débouchés.

Les délestages dus à la pénurie persistante d’électricité que connaît le pays depuis 2002, pourraient fournir une opportunité sérieuse de développement des champs gaziers existants.

Un sous sol riche et prometteur

Le secteur des mines au Cameroun est régi par la loi portant Code minier promulguée en avril 2001, abrogeant la très ancienne loi de 1964 devenue inadaptée aux réalités économiques du pays.

Les ressources minières au Cameroun sont encore exploitées de manière artisanale.

Le Cameroun dispose pourtant d’un sous sol riche en minerais tels que l’or, la bauxite, le cobalt, le fer…

Le gouvernement projette à moyen terme de développer le secteur minier. Des actions dans ce sens ont commencé à être posées à l’instar de la loi portant code minier promulgué en 2001.

Ce code vise à valoriser les matières premières minérales du Cameroun pour compenser le déclin de la production de pétrole. Il se veut incitatif pour les investisseurs qui bénéficieront, pendant la phase de construction de la mine, d’exonération de droits et taxes sur les matériels, intrants et équipements nécessaires à la production. Il cherche également à protéger les quelques 10 000 artisans du secteur en les encourageant à s’immatriculer et à créer de micro entreprises.

2 pensées sur “Les hydrocarbures et les ressources minières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

3 × 1 =