Mines : Le Cameroun lance une campagne de détection

 

Le pays veut mieux connaître le potentiel de son sol et de son sous-sol. C’est pour cette raison que le ministère des Mines et de l’Industrie a annoncé le lancement dès ce mois de janvier 2014 d’une campagne de levée géophysique. L’opération porte sur six des dix régions que compte le pays : le Centre, le Littoral, l’Est, l’Adamaoua, le Nord et l’Ouest.

Conduite par la société canadienne Geotech Airborne Ltd, la campagne qui bénéficie du soutien financier du gouvernement camerounais et de la Banque mondiale pour environ 2 milliards de F CFA, devrait durer jusqu’au mois de juin prochain. Elle s’inscrit dans le cadre du programme camerounais de renforcement des capacités du secteur minier (Precasem). Concrètement, il s’agira, à l’aide de deux à quatre aéronefs spécialement équipés de capteurs spécifiques, de survoler les zones indiquées à basse altitude pour, en utilisant la méthode de la magnétométrie, de mesurer l’effet en surface des propriétés d’animation des roches et de renseigner sur la nature et la structure des formations géologiques jusqu’à des kilomètres de profondeur. La société canadienne va avoir recours à la méthode de la radiométrie spectrale ou spectrométrie Gamma, qui, pour sa part, enregistre le rayonnement Gamma émanant des premiers centimètres du sol, et permet de discriminer la présence de différents types de roche en tenant compte des teneurs et des proportions variables de radioéléments.

Selon les experts, le sous-sol camerounais est présumé riche. Mais, 40% seulement du territoire national a fait l’objet d’exploration. Au ministère en charge des mines, on veut améliorer ce taux en le portant à 65 voire 70%. Au-delà, il s’agit d’améliorer la contribution du secteur minier au budget de l’État. Pour l’année en cours, cette contribution, évaluée selon les responsables du ministère des Mines à six milliards, devrait passer à dix milliards de F CFA. C’est du moins l’ambition affichée par le chef de ce département, Emmanuel Bondé, lors de la récente conférence annuelle des responsables des services centraux et extérieurs de son ministère. Ce qui a justifié le choix du thème principal de ces travaux, à savoir : « la mine, boussole de l’industrie et dans le processus de l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035 ». Pour le ministre Bondé, le moment est venu d’augmenter les recettes minières dont le niveau de recouvrement reste encore très moyen.

Marc OMBOUI
Cameroon Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

neuf + 14 =