Transport aérien : Camair Co toujours en quête de plus de performance

 

Le conseil d’administration de la compagnie aérienne nationale camerounaise, Camair Co, a un nouveau président. Louis Roger Njipendi Kouotou  a été installé le 24 avril dernier par Edgar Alain Mebe Ngo’o, le ministre camerounais des Transports. Il remplace ainsi Mefiro Oumarou qui occupe par ailleurs les fonctions de ministre délégué chargé des Transports.

Ce que d’aucuns considèrent comme un limogeage peut surprendre, l’ancien PCA, nommé en aout 2016, n’ayant occupé ce poste que pendant moins d’un an. Mais,  la vérité est que Camair Co fait l’objet d’une attention particulier du chef de l’Etat, Paul Biya « a pris la décision de conduire personnellement le redressement de la compagnie », ainsi que l’a affirmé Edgar Alain Mebe Ngo’o. Il y a tout lieu de considérer, avec le ministre des Transports, que la nomination de Louis Roger Njipendi Kouotou s’inscrit dans le cadre des actions mises en œuvre pour accompagner le plan de relance de la compagnie qui constitue une cause nationale.

Depuis  l’année dernière en effet, le Président Biya a entrepris de relancer la compagnie aérienne nationale. A cet effet, il a pris d’importantes mesures devant permettre son envol définitif et irréversible. Parmi ces actions, l’on peut la mise à disposition par le chef de l’Etat de la subvention de 30 milliards de FCFA représentant la première tranche du financement du plan de redressement. Cet argent a permis l’acquisition récente de deux avions Boeing 737-700 NG, antérieurement loués auprès d’Aviation Capital Group (ACG).

La nomination à la direction générale de Camair Co d’Ernest Dikoum, qui a des années durant, occupé d’importantes fonctions dans l’une des meilleures compagnies aériennes du monde, participe de cette logique. Il en est de même de l’adoption du plan de relance de Boeing.

Le top management de Camair Co peut donc logiquement être crédité de mettre en œuvre de manière méthodique ce plan dans le réseau domestique. Ernest Dikoum a, par exemple, pris des mesures salutaires, notamment  pour la réduction des charges, la réintégration par Camair-Co de son siège social de Douala et la couverture aérienne satisfaisante lors de certains événements importants. Il y a lieu d’être optimiste quant à sa capacité à se déployer dans le réseau régional et intercontinental à plus ou moins moyen terme.

Avec l’échec du projet de création de la compagnie Air Cémac de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, le Cameroun, leader économique de la sous-région, et qui a l’ambition de devenir un pays émergent à l’horizon 2035, a intérêt à disposer de sa propre compagnie aérienne. En plus de faciliter le mouvement des investisseurs, une telle compagnie permet de mettre en valeur son riche potentiel touristique.

Moane Ehindi

 

 

Une pensée sur “Transport aérien : Camair Co toujours en quête de plus de performance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

vingt − 11 =