Un projet d »énergie solaire sur 250 localités donne ses premiers résultats en 2013

 

Des investisseurs étrangers rencontrent les autorités camerounaises depuis mercredi dernier.

« Nous sommes au Cameroun pour nous faire connaître des autorités nationales, et surtout présenter notre plan d’action pour la réalisation du projet Centrales photovoltaïques Cameroun 2020 ». Dixit Alain Desvigne, de la société inves…

Des investisseurs étrangers rencontrent les autorités camerounaises depuis mercredi dernier.

« Nous sommes au Cameroun pour nous faire connaître des autorités nationales, et surtout présenter notre plan d’action pour la réalisation du projet Centrales photovoltaïques Cameroun 2020 ». Dixit Alain Desvigne, de la société investricity, principale investisseur dans ce projet qui doit produire, à terme, 500 MW d’énergie solaire à injecter dans le réseau national. C’est que, depuis mercredi dernier, les responsables des deux groupes financiers de ce gros projet, Investricity, société à capitaux irlandais, et Hanwha, entreprise de droit coréen, rencontrent les autorités camerounaises. Ils ont ainsi eu des entretiens avec Théodore Nsangou, directeur général de Electricity Development Corporation qui va racheter l’énergie produite. Ils ont également discuté avec des sociétés locales partenaires qui devraient participer à la réalisation du projet et des représentants des localités où les centrales seront implantées.

Hier, cette équipe conduite par Jean Youtou Bothe, du Groupe Fides Gestion, porteur du projet Cameroun 2020 a été reçue par Manaouda Malachie, secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee). Au nom du ministre, il a rassuré ces investisseurs étrangers de l’accompagnement du gouvernement tout au long de ce processus, dont l’objectif final est d’aider le pays dans sa lutte contre le déficit énergétique.

Au stade actuel de ce projet qui vise l’électrification d’environ 250 localités camerounaises, les 530 milliards de F de financements sont mobilisés à 80% et devraient être bouclés d’ici la fin de l’année. Ceci « afin que les villes comme Sangmelima, Meyomessala, Mengong Benbgis dans le Sud, Maroua dans l’Extrême-Nord ou Yingui dans le Littoral reçoivent l’énergie solaire dès l’été 2013, pour ce qui est de la première phase du projet », explique jean Youtou.

A titre de rappel, le contrat de service de ce projet a été signé en juillet dernier par Basile Atangana Kouna, Minee, et Jean Youtou, coordonnateur général du projet. Il devrait générer environ 1500 emplois directs.

{relatednews}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

3 × 5 =