Le projet « Un étudiant, un ordinateur » accueille Microsoft

 

Le système d’exploitation du leader mondial Microsoft sera installé dans les 500 000 ordinateurs du projet  » un étudiant. un ordinateur  » du chef de l’État. 

Ce n’est pas un détail. Les ordinateurs qui seront offerts dans la cadre du projet  » un étudiant, un ordinateur » seront complets. En plus des ordinateurs en cours de montage dans les usines chinoises à Shanghai, les étudiants camerounais bénéficieront de logiciels d’origine. Chaque ordinateur aura le système d’exploitation le plus à jour de Microsoft. Microsoft s’est engagé à équiper chaque ordinateur d’un système d’exploitation Windows 10 et du logiciel de productivité office 365, au coût symbolique de 1 dollar pour chaque logiciel, soit 1% du coût réel de ces produits.

Pour le Directeur du secteur public de Microsoft Afrique de l’Ouest, de l’Est, du Centre et de l’Océan Indien, il faut permettre à chaque étudiant de réaliser son potentiel par la mise en œuvre des outils et des technologies. Simon Ouattara affirme que la multinationale veut «  aider les étudiants à s’ouvrir aux nouvelles technologies et améliorer ainsi leur expérience d’apprentissage.» Il croit que cette expérience « un étudiant, un ordinateur » peut réellement doper les performances des produits de l’enseignement supérieur au Cameroun ».

La cérémonie de signature de la convention a été un grand moment d’information. Le ministre de l’enseignement supérieur a indiqué que les 80.000 premiers ordinateurs seront livrés avant la fin de ce mois de novembre. Tous les autres ordinateurs seront distribués en 2019. Une évaluation des inscriptions biométriques de 2018 a été faite. Elle a permis d’élargir la cible des bénéficiaires de ce projet « un étudiant, un ordinateur » à la nouvelle année académique. Ainsi ce sont les étudiants des années académiques 2016-2017 et 2017-2018 qui recevront les machines du projet « un étudiant, un ordinateur »

Microsoft intègre tout le projet de développement numérique de l’université camerounaise. La convention signée avec le ministère de l’enseignement supérieur a un large spectre. On évoque entre autres le développement de l’infrastructure physique des universités. Les deux institutions souhaitent mettre ne route l’interconnexion des réseaux locaux des universités, le développement de l’enseignement à distance et des contenus numériques. Il est clair que Microsoft veut ainsi s’installer durablement dans les usages informatiques de l’élite camerounaise.

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux + 13 =