Concertation pour la réhabilitation de la route Yaoundé-Bafoussam-Bamenda

 

Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI a présidé le mois dernier une séance de travail à cet effet.

Il s’est agit de trouver des sources de financements complémentaires pour l’achèvement des travaux d’urgence relatifs à la réhabilitation de l’axe routier Yaoundé-Bafoussam-Bamenda, notamment : les sections Ebebda-Bandjoun et Babadjou-Bamenda, évaluées à 96 milliards de FCFA. C’était en présence de ses collaborateurs, des représentants du Ministère des Travaux Publics (MINTP), de la Caisse Autonome d’Amortissement(CAA) et de la société RAZEL-Cameroun, entreprise chargée d’exécuter les travaux.

Pour le MINEPAT, ces échanges se tiennent suite à la correspondance de l’entreprise RAZEL adressée aux autorités gouvernementales. RAZEL y proposait sa collaboration pour la recherche des fonds nécessaires à la finalisation du projet actuellement en cours. Selon cette société, plusieurs structures bancaires avaient manifesté l’intérêt de mettre à la disposition du Gouvernement, des ressources financières pour la mise en œuvre de certains projets d’infrastructures routières. Il s’agissait donc au cours de cette réunion, de requérir l’avis des hautes autorités camerounaises sur ces offres.

Des observations des différents participants, il ressort unanimement que les ressources préalablement allouées à l’entreprise pour exécuter les travaux (30 milliards de FCFA) apparaissent insuffisantes pour la réhabilitation en continu de tout le tronçon. Bien plus, les nids de poule ne cessent de se développer, rendant ainsi la circulation très inconfortable, avec de nombreux risques d’accidents.

Après avoir passé au crible les contours du projet, deux recommandations fortes se dégagent à l’issue des travaux : la réactualisation dans les meilleurs délais des études géotechniques et topographiques par le Ministère des Travaux Publics à l’effet d’avoir une idée exacte du coût des travaux, et la poursuite dès réception desdites études, des échanges entre les structures concernées (MINEPAT, MINTP, CAA). Ces échanges visent la recherche des meilleures conditions d’endettement pour l’Etat camerounais auprès des partenaires financiers.

Notons que le projet de réhabilitation de la route Yaoundé-Bafoussam-Bamenda, longue de 370 km, s’inscrit dans le cadre du programme spécial d’urgence de construction et de réhabilitation des grands axes routiers prescrit par le Chef de l’Etat, S.E Paul BIYA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

19 + 1 =