Congestion du Port de Douala : La recherche des solutions

 

Bien que le temps de passage moyen au port de Douala ait été réduit de 19 à 10 jours au cours des dernières années, cette place névralgique, par où passe l’essentiel des marchandises à destination ou en provenance de l’intérieur du Cameroun, du Tchad et de Centrafrique, pose encore des problèmes. À tel point que pour certains observateurs, le port de Douala étouffe. Si le port en lui-même fait problème, les opérateurs économiques qui sont ses usagers, ne sont pas exempts de tout reproche.

En cause, d’abord le dragage du chenal du Wouri qu’il faut effectuer pour limiter son ensablement. En effet, n’étant pas directement ouvert sur la mer, le port de Douala pose quelques problèmes aux bateaux d’une certaine taille qui veulent y accoster. Selon certains témoignages, des navires d’une certaine taille, qui doivent décharger à Douala, sont quelquefois obligés de s’arrêter à Pointe-Noire ou à Cotonou pour y transférer leur chargement sur des bâtiments moins importants.

Lors de la visite le 6 février dernier du ministre camerounais du Commerce, l’on a annoncé des mesures « exceptionnelles » pour reprendre le dragage du Wouri.

En plus de l’ensablement, le port de Douala pose encore quelques problèmes de procédures. Certes, la dématérialisation de ces procédures a allégé la tâche des différentes parties prenantes, mais selon les observateurs, toutes les étapes du processus de sortie des marchandises du port ne peuvent être dématérialisées.

Côté usagers, l’on parle de la trop longue occupation des magasins par certains importateurs, ce qui rend l’entreposage de nouvelles marchandises difficile. Conséquence, les entrepôts sont encombrés et la circulation des marchandises en fait les frais.
Pour les autorités camerounaises comme pour les usagers du port de Douala, la solution est attendue de Kribi qui est un port en eau profonde. Le chantier de construction de cette plateforme industrialo-portuaire avance normalement, et le premier bateau y est attendu dès le mois de juillet prochain, selon les responsables de ce projet. Le 13 février dernier, des portiques y ont été livrés, signe que le délai de juillet a des chances d’être tenu.

Marc OMBOUI
Cameroon Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

17 + 3 =