Port de Kribi : exploitation optimale en 2020

 

Avant de mettre en route l’infrastructure dans sa première phase, le gouvernement parie sur les prochaines étapes de construction du port autonome de Kribi.

Boucler la construction de la seconde phase du complexe industrialo-portuaire de Kribi, ainsi se résume le nouveau défi des autorités chargées de la mise en œuvre de ce projet phare de la vision du président Paul Biya pour le Cameroun. Les conventions de prêt y relatives ont été signées entre l’Etat du Cameroun et la China EXIM Bank.

En tout, le Cameroun emprunte 415 milliards de francs CFA, soit 85% du coût total de cette seconde phase de construction. La part restante (15%) sera payée par le groupement concessionnaire de l’exploitation constitué du groupe Bolloré et du constructeur chinois CHEC.

La signature des accords la semaine dernière fait suite au décret présidentiel du 20 janvier 2017 qui habilitait le ministre de l’Economie à signer lesdites conventions. Le 19 janvier, le gouvernement avait reçu la réponse favorable d’une banque d’investissement chinoise pour le financement de cette deuxième phase. Les experts se félicitent surtout de la qualité du montage financier. Les prêts sont concessionnels et le taux d’intérêt est fixé à 2%.

Ces conditions épousent les recommandations des institutions financières internationales qui conseillent le gouvernement.  Avec un maitre d’œuvre qui connait bien le site, les travaux de cette seconde phase ne devraient pas trainer.

Pour le gouvernement, la priorité de l’heure est la construction dans les délais de cette seconde phase. Il s’agira pour le maitre d’œuvre CHEC d’étendre le linéaire du quai, de prolonger la digue de protection de 675 m, et de reconfigurer le chenal d’accès.

Pour doubler les capacités actuelles du port, il est prévu un nouveau parc à conteneurs de 700m de quai, l’acquisition du double des équipements de manutention disponibles et la réalisation sur 30 hectares des zones d’entreposage et de stockage. C’est que les caractéristiques techniques de ce port imposent d’envisager très rapidement un niveau plus important de sollicitations. Il est aussi question de construire des bâtiments supplémentaires  pour les diverses entreprises de l’espace portuaire.

L’exploitation du port initial reste attendue. Les opérateurs ont été choisis. Les services du port autonome de Kribi et du groupement chargé de l’exploitation s’installent  progressivement. Le week-end dernier a été consacré aux travaux de raccordement au réseau électrique et à la mise en service d’un poste de transformation et d’une ligne dédiée.

Au cours du mois de février, des opérations de cartographie ont été effectuées sur le site. Pour la direction du port, il est plus important de boucler toutes les procédures de mise en place des conditions d’un démarrage serein des activités du port. La construction des infrastructures connexes est une préoccupation. Si le chantier de l’autoroute avance, celui du chemin de fer n’est pas encore lancé.

Gérard LONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-sept − un =