Cameroun-Conférence des gouverneurs : les questions de sécurité en vedette

 

La deuxième conférence des gouverneurs des régions se tient depuis lundi dernier à Yaoundé, avec une place importante accordée aux problèmes de sécurité. Placé sous la présidence de René Emmanuel Sadi, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, cette conférence à laquelle prennent part les dix gouverneurs de régions se tient jusqu’au 20 décembre 2017.Placée sous le thème « Autorités administratives, mutations des menaces sécuritaires, enjeux du vivre-ensemble et perspectives de l’intégration sous-régionale », cette conférence s’articule autour d’un ordre du jour qui met en avant la gestion des défis sécuritaires et l’évaluation du vivre ensemble au Cameroun.

Dans son discours d’ouverture, René Emmanuel Sadi a souligné l’intérêt de la thématique qui cadre avec les sujets d’actualité préoccupants du Cameroun. « Les actes qui mettent en péril l’autorité de l’Etat doivent être des défis qui interpellent tous les Camerounais, car aucune région n’est à l’abri des velléités sécessionnistes », a-t-il précisé.

En effet, comme la précédente, la conférence des gouverneurs de régions intervient dans un contexte sociopolitique fortement marqué par la crise anglophone qui secoue les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest depuis novembre 2016 et la guerre contre la secte terroriste Boko Haram dans la région de l’Extrême- nord du Cameroun.

Il va sans dire que la situation dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest constitue le sujet vedette de cette conférence. Alors que s’ouvrait cette conférence, on annonçait la mort de quatre gendarmes victimes des terroristes dans le département de la Manyu, région du Sud-ouest. Ce qui porte à 14 le nombre de membres des éléments des forces de sécurité tués depuis quelques mois seulement.

De manière plus générale, La crise anglophone, sérieusement alimentée par les terroristes sécessionnistes, y perturbe la vie quotidienne. Ces dernières semaines, l’épicentre des violences s’est installé dans le département de la Manyu, région du Sud-ouest. Sur hautes instructions du président Paul Biya, le ministre délégué à la présidence chargé de la défense Joseph Beti Assomo et ses proches collaborateurs ont organisé une riposte appropriée que les populations prises dans l’étau des sécessionnistes saluent.

S’agissant de la situation sécuritaire dans la région de l’Extrême- nord, les mesures prises par le président de la république du Cameroun, Paul Biya, ont réduit significativement la nocivité de la secte terroriste Boko Haram qui se manifeste de manière sporadique en recourant aux stratégies des kamikazes.

Autre sujet de préoccupation, l’afflux des refugiés centrafricains dans la région de l’Est avec tout ce que cela comporte en termes d’insécurité

Les fêtes de fin d’année approchant, les gouverneurs devront faire le point des mesures prises pour qu’elles se déroulent sans anicroche. Autre sujet, la CAN 2019 qui va se dérouler en terre camerounaise. Cinq capitales régionales camerounaises devront en effet accueillir les poules de cette compétition. Des travaux de construction de certaines infrastructures sont en cours. Pour les gouverneurs qui représentent le gouvernement dans les régions, il faudra faire le point pour s’assurer que cette CAN sera une réussite au plan organisationnel.

Moane Ehindi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

cinq × 1 =