Cameroun – crise anglophone : Philemon Yang en mission

 

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, a entamé ce lundi des concertations avec les populations des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Cette mission, initiée par le président Paul Biya, a pour but de « communier » avec les populations de ces deux régions en proie aux remous sociaux depuis bientôt un an. Les délégations qui descendent sur le terrain vont aussi transmettre le message de paix du chef de l’État. Objectif : encourager le retour à la normale.

C’est la première réponse politique du président Paul Biya après les manifestations organisées dans les deux régions anglophones du Cameroun et la tentative avortée du Southern Cameroons National Council (SCNC), mouvement sécessionniste interdit par le gouvernement, de proclamer l’indépendance de cette partie du territoire camerounais.

Des missions ont ainsi été désignées pour chacun des départements des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, avec pour feuille de route d’initier un « dialogue constructif » avec les populations. Chaque délégation devra remettre un rapport au coordonnateur régional au plus tard le 20 octobre prochain.

En initiant ces missions, le président de la République donne une réponse aux questions que les uns et les autres se posaient sur la nature, la forme, le cadre et les parties prenantes au dialogue que les différentes parties intéressées appellent de tous leurs vœux pour une sortie de crise. Il s’agit donc de rencontres informelles auxquelles prennent part l’élite politico-administrative, les diverses forces vives, les autorités traditionnelles, les populations, etc.

Bien que cela n’ait pas été dit de manière explicite, il y a lieu de croire que ces missions ne constituent en fait qu’une étape d’un processus plus long, et qui devrait comporter l’exploitation des rapports des missions. D’autres instances pourraient intervenir plus tard.

Comme on pouvait s’y attendre, Paul Biya reste maitre du jeu et n’a pas accédé à la demande d’une certaine opinion qui réclame la tenue d’une conférence constitutionnelle en vue de « résoudre tous les problèmes constitutionnels qui se posent ».

Pour une bonne partie de l’opinion, en envoyant des missions sur le terrain, le président de la République donne des gages de ses bonnes dispositions à écouter ses compatriotes et à rechercher avec eux, dans un cadre républicain, les solutions idoines pour sortir de la crise. Il reste maintenant que les autres parties prenantes saisissent la main tendue du chef de l’État, isolent les extrémistes qui n’ont pour ambition que la partition du Cameroun, pour sortir de l’impasse.

Les missions sont prévues pour durer jusqu’au 24 octobre prochain.

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quinze + un =