Cameroun – Sénatoriales 2018 : Proclamation des résultats ce jeudi par le Conseil Constitutionnel

 

En proclamant officiellement ce jeudi les résultats des élections sénatoriales du 25 mars 2018 au cours d’une audience solennelle, le Conseil Constitutionnel va, pour la première fois de l’histoire, exercer une de ses principales prérogatives constitutionnelles au Cameroun. Il faut rappeler que jusque-là, ces prérogatives étaient exercées par la Cour suprême.

En réalité, il n’y a aucun suspens en rapport avec les résultats des élections sénatoriales du 25 mars dernier que le Conseil constitutionnel proclame officiellement ce 5 avril 2018. En effet, depuis le 25 mars 2018 au soir, les résultats de ce scrutin dans les 10 régions du Cameroun étaient connus.

On savait qu’en dehors de la région du Nord-ouest, où le SDF avait obtenu la majorité des voix, les autres régions devaient tomber dans l’escarcelle du RDPC. Le parti au pouvoir qui dispose d’une écrasante majorité de conseillers municipaux dans la quasi-totalité des régions était certain de réaliser le grand chelem même si, il est vrai, les résultats d’une élection ne sont jamais connus à l’avance.

Conformément à la Constitution de la République, les élections sont organisées et gérées par Elections Cameroon (ELECAM). C’est ainsi qu’après la convocation du collège électoral par le président de la République le 7 février 2018, Elecam a reçu les diverses candidatures, publié les 42 listes de candidatures et organisé le scrutin proprement dit grâce à ses démembrements dans les 58 chefs-lieux de département que compte le Cameroun à travers 81 bureaux de vote.

Les résultats ont par la suite été remontés au niveau régional puis national pour être épluchés par la Commission nationale de recensement général des votes (CNRGV).

Présidée par Emile Essome, membre du Conseil constitution, la CNRGV comptait en son sein un représentant de chacun des partis politiques ayant pris part aux sénatoriales et des représentant de la Cour suprême, d’Elecam et de l’Administration.

Instance prévue dans la Constitution et récemment mise en place, le Conseil constitutionnel était attendu par les observateurs dans sa gestion du processus électoral. On l’a en effet vu à l’œuvre dans la gestion du contentieux pré-électoral et du contentieux post-électoral.

De l’avis général, le Conseil constitutionnel s’est honorablement acquitté de sa mission. Les décisions qu’il a rendues jusqu’ici sont en effet frappées du sceau de la justice et de l’équité. Ce qui permet d’être optimiste sur la sincérité des consultations électorales à venir et de rassurer les différentes parties prenantes.

Le Conseil Constitutionnel va donc proclamer l’élection des 70 sénateurs élus par le collège électoral lors du scrutin du 25 mars dernier, soit 7 par région. Les 30 autres seront désignés, conformément à la Constitution, dans un délai de 10 jours par le président de la République.

D’après Elecam, neuf partis politiques ont effectivement pris part aux sénatoriales du 25 mars dernier.  Certes, on avait quelques appréhensions par rapport au déroulement de ces élections dans certains départements des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest où sévissent quelques groupuscules armés.

Mais, à en croire le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, et le directeur général des élections, Abdoulaye Babale, le scrutin s’est globalement bien déroulé. Certains incidents ont été enregistrés ça et là qui n’ont cependant pas empêché les électeurs de voter, a-t-on appris.

9099 électeurs sur les 10 122 conseillers municipaux ont effectivement pris part au vote, soit un taux de participation de 97,72%.

Marc OMBOUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

12 + six =