Le gouvernement condamne les violences des sécessionnistes

 

Le ministre de la communication, porte parole du gouvernement s’est exprimé dans le quotidien gouvernemental  Cameroon Tribune.
La toile fait retentir ces derniers jours les échos des missions du gouvernement dont l’objectif était d’expliquer la situation qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Sans alerter l’opinion nationale, l’exécutif camerounais a décidé de mener une campagne explicative à l’étranger suite à la crise anglophone. Cette opération du gouvernement s’adressait aux pays d’accueil des activistes camerounais mais aussi aux citoyens camerounais réguliers.

Aux Etats Unis, la délégation était conduite par Paul Ghogomo, directeur du cabinet du Prémier Ministre. Elle comprenait en outre le politologue et ancien ministre Elvis Ngole Ngole. Le ministre d’Etat chargé du portefeuille de la justice, Laurent Esso a conduit la délégation en Europe notamment en Belgique. Le ministre des relations extérieures Lejeune Mbella Mbella était annoncé dans cette équipe. L’un de ses adjoints de ce dernier, Joseph Dion Nguté était à la tête de la délégation qui s’est rendu en Afrique du Sud.

Toutes les délégations ont ainsi pu atteindre leurs objectifs. Ces échanges ont été néanmoins à queqlues endroits par des incidents. Le quotidien Cameroon Tribune évoque entre autres des locaux vandalisés, la profanation de drapeau, l’interruption de réunion, des violences et des voies de fait. Des images relatives à ces incidents ont été diffusées dans les réseaux sociaux et par plusieurs médias audiovisuels. Le ministre de la communication confirme ses faits. Il les attribue aux activistes sécessionnistes.

.
Le ministre invite les auteurs de ces violences au dialogue. Pour Issa Tchiroma Bakary,  « Il ne faut pas que ces déstabilisateurs se méprennent sur la volonté de tous les camerounais (…) maintenir cette nation unie, solidaire et prospère ». Le porte-parole du gouvernement leur invite à la table du dialogue quelle que soit la nature de leurs revendications. Le gouvernement serait donc bien disposé pour un dialogue si les conclusions sont conformes à la constitution.
Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois + vingt =