Guerre contre Boko Haram : la vie reprend dans les zones de conflit

 

Dans un dossier publié par le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, l’on apprend que les zones autrefois menacées par le groupe terroriste Boko Haram revivent. Un reporter de cet organe s’est rendu sur les lieux et a constaté une évolution notable dans la vie des populations locales et que de petits groupes de repentis se rendent aux forces de défense.

Le dossier de Cameroon Tribune fait état de la construction par les forces de défense des tranchées à Kolofata, à la frontière avec le Nigeria qui permettent d’endiguer les mouvements des terroristes venus du Nigeria. Ceci, aux dires de l’armée camerounaise, a permis de réduire considérablement réduit le nombre d’attaques. A un point tel que l’on envisage de construire une tranchée de 180 km, de Tildé au Nigeria à Waza au Cameroun.

Selon le reporter, « tout au long de la route qui mène de Kolofata à Amchide, des champs d’oignons renaissent, la culture du coton a repris, des troupeaux de bœufs circulent, des enfants jouent au football dans la cour du collège d’enseignement technique de la localité ».

Des témoignages recueillis auprès des populations confirme cette évolution positive de la situation sécuritaire. Pour le sous-préfet de Kolofata, Ibrahi Tchombai, « le climat sécuritaire est en train de s’améliorer. L’insécurité perpétrée par la secte Boko Haram régresse sur le terrain grâce au travail quotidien des forces de défense et l’adhésion des populations ».

Par ailleurs, relève-t-on dans le dossier, de plus d’ex-combattants de Boko Haram se rendent aux forces de défense camerounaises. En effet une cinquantaine d’entre eux se sont rendus volontairement aux forces de défense depuis le mois d’octobre dernier, a annoncé le gouverneur de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, au cours d’une rencontre avec des journalistes le 31 octobre dernier, relate Cameroon Tribune.

Les ex-combattants seront identifiés et exploités aux autorités civiles. Le gouverneur Midjiyawa Bakari compte sa hiérarchie pour la mise à disposition de spécialistes dans la mission sera de « déradicaliser ces repentis ».

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatorze − dix =