Le président Paul Biya en mission à l’ONU

 

A la 72è Assemblée générale de l’ONU, Paul Biya sera le défenseur des intérêts du Cameroun face aux menaces sur les plans économique, écologique et sécuritaire.

 

Si le communiqué officiel reprend la formule consacrée (sur invitation de…), la présence du président Paul Biya à la 72è Assemblée générale de l’ONU dépasse le cadre d’une simple tradition diplomatique. Cette participation au sommet de New York a été minutieusement préparée ces derniers mois au palais de l’Unité. Sur les questions de paix et de sécurité, de changements climatiques ou sur la situation économique, le Cameroun est effectivement marqué. Le discours du président Paul Biya, le 22 septembre prochain à la Tribune des Nations Unies, sera donc un temps fort de son séjour onusien.

Le débat général de l’Assemblée générale est prévu du 19 au 25 septembre 2017. Il aura pour thème : « priorité à l’être humain : paix et vie décente pour tous sur une planète préservée ». Ce débat sera coordonné par le ministre slovaque Lajcak Miroslav, nouveau président de l’Assemblée générale. Le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel  Macron seront à leur première participation. Donald Trump a activé la sortie de son pays de l’accord de Paris sur le climat. Il a, par ailleurs, obtenu une réduction du budget des opérations de maintien de la paix des casques bleus.

Pays riverain d’un lac Tchad, menacé de disparition, le Cameroun soutient l’accord de Paris sur le climat. Le pays de Paul Biya est engagé dans une longue guerre contre les terroristes de Boko Haram. Cet État est en première ligne dans la gestion des réfugiés, victimes du terrorisme et d’autres conflits armés. Les menaces sécuritaires ont aussi  renforcé une crise économique née de la dépendance des pays de la sous-région à l’égard des revenus des matières premières.  Le Cameroun a heureusement conduit la sous-région dans un programme de réformes aux résultats concrets.

Enfin, le président Paul Biya ne peut éluder la crise dite anglophone qui affecte le depuis dix mois. Face à la campagne de déstabilisation de certains activistes de la diaspora, Paul Biya va faire entendre la voix légale. Ses propos ont été précédés par des missions gouvernementales dans certains pays. 55 personnes arrêtés ont été libérées suite à un arrêt de poursuites ordonné par le président lui-mème. Des réponses concrètes ont été également apportées aux doléances des avocats et enseignants anglophones. Enfin, une commission nationale de promotion du bilinguisme et du multiculturalisme est désormais fonctionnelle.

L’agenda du président de la république intègre également des réunions de haut niveau et des audiences. Le président Paul Biya, qu’accompagne son épouse Chantal Biya, aura une équipe de travail restreinte à New York. Elle compte naturellement le ministre des relations extérieures et du directeur du cabinet civil. Mais Paul Biya est aussi entouré de deux ministres chargés de mission, Paul Atanga Nji et Hamadou Mustapha. Son équipe comprend, en outre, des conseillers spéciaux, le politologue Luc Sindjoun et le général Joseph Fouda. L’ambassadeur aux États Unis Henri Etoundi Essomba et son collègue représentant permanent à l’ONU Tommo Monthé complètent l’équipe.

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

sept + 1 =