Le secrétaire général de l’ONU, pour l’unité du Cameroun

 

Le secrétaire général de l’ONU s’est exprimé hier sur la situation au Cameroun. Sa déclaration a été donc mise en ligne, par son porte parole, sur le portail de l’ONU
« Le Secrétaire général est profondément préoccupé par la situation au Cameroun, notamment au vu des récents incidents sécuritaires à Bamenda et à Douala et de la montée des tensions dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest liées aux événements prévus le 1er octobre.

Le Secrétaire général a encouragé les autorités camerounaises à poursuivre leurs efforts pour résoudre les griefs de la communauté anglophone.  Il les exhorte à promouvoir des mesures de réconciliation nationale visant à trouver une solution durable à la crise, y compris en traitant ses causes profondes.

Le Secrétaire général souligne l’importance de faire prévaloir l’unité et l’intégrité territoriale du Cameroun. Il enjoint toutes les parties à s’abstenir d’actes susceptibles de mener à une escalade des tensions et de la violence.  Le Secrétaire général est convaincu qu’un dialogue véritable et inclusif entre le Gouvernement et les communautés des régions du Sud-ouest et du Nord-ouest est le meilleur moyen de préserver l’unité et la stabilité du pays.

Le Secrétaire général est prêt à soutenir ces efforts, notamment à travers le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA).  »

Antonio Guterrez connait bien le Cameroun. Il a visité le pays avant son élection au poste de secrétaire général de l’ONU. Il était alors Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. La semaine dernière, il a accordé une audience au président de la république. C’était juste après l’intervention du président Paul Biya à la tribune des Nations Unies.

Le Cameroun tient ainsi une place particulière au sein de l’ONU. C’est sous cette organisation que le Cameroun a été notamment mis sous la double tutelle française et anglaise. Avant l’ONU, le Cameroun a été précédemment sous le mandat de la SDN exercé par ces deux grandes puissances. La crise anglophone découle donc de ces deux régimes qui ont influencé l’histoire du pays.

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quinze − treize =