Le temps des réalisations: Samuel Mvondo Ayolo imprime ses marques

 

Le nouveau Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République signe l’éditorial de la 48e édition du Temps des réalisations en appelant les Camerounais à rester lucides et à faire le bon choix au cours de cette année électorale.

Nommé ministre Directeur du Cabinet civil (DCC) de la présidence de la République lors du réaménagement du gouvernement du 2 mars 2018, Samuel Mvondo Ayolo a immédiatement donné le ton. Le nouveau DCC signe l’éditorial du numéro 48 du Temps des Réalisations, le magazine publié par la Cabinet civil.

A la suite du chef de l’État qui a présenté 2018 comme « une importante année électorale », avec l’organisation des sénatoriales, des municipales, des législatives et de la présidentielle, le ministre Samuel Mvondo Ayolo y voit « une année électorale exceptionnelle…, voire un tournant délicat et décisif, au regard de la mobilisation et des émotions qui vont rythmer ces échéances ».

Et, en s’appuyant sur l’adresse du chef de l’État du 31 décembre 2017 à la Nation, le DCC met l’accent sur le caractère incontournable de la paix et de la sécurité dans toute œuvre de construction nationale. D’où son appel à faire confiance au président Paul Biya, « homme d’État aux qualités exceptionnelles, garant avisé de ces valeurs » qui est présenté comme « l’homme de la situation ».

Samuel Mvondo Ayolo explique ainsi les appels incessants en faveur de la candidature de l’homme du Renouveau à la prochaine présidentielle et ne doute pas que les Camerounais lui renouvelleront leur confiance par les urnes.

L’éditorial du DCC évoque la mise en place par le chef de l’État du Conseil constitutionnel. Ce faisant, souligne-t-il, le président Paul Biya parachève la mise en place progressive des institutions prévues par la Constitution et pose les bases solides d’une société démocratique et d’un État de droit au Cameroun.

Dans la même foulée, le DCC évoque la création d’un ministère de la Décentralisation et du développement local comme traduction de la volonté du chef de l’État d’accélérer le processus de décentralisation. De même, relève-t-il, le réaménagement du gouvernement du 2 mars 2018, en plus de donner une nouvelle impulsion à l’action gouvernementale, marque la volonté du chef de l’État de « bâtir une nation où aucune communauté ne devrait se sentir exclue de la gestion de la chose publique ».

Se tournant vers l’avenir, et en se fondant sur les perspectives de croissance et la capacité de résilience de l’économie camerounaise, Samuel Mvondo Ayolo observe qu’il est plein de promesses.

Un appel particulier est adressé aux jeunes, toujours au centre des préoccupations du chef de l’État, pour qu’ils fassent preuve d’audace et d’inventivité, mais aussi de responsabilité et de patriotisme.

Pour terminer, le ministre directeur du Cabinet civil de la présidence de la République réitère la volonté du chef de l’État de faire en sorte que le Cameroun soit prêt pour accueillir en 2019 la CAN, la fête du football africain.

Marc OMBOUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × quatre =