7000 postes ouverts dans les armées et la gendarmerie

 

7000. C’est le nombre de postes qui viennent d’être ouverts pour renforcer les effectifs de l’armée camerounaise. Un concours vient d’être lancé à cet effet par le ministère de la défense pour le compte des armées et de la gendarmerie nationale.

Sont ainsi ouverts, pour les armées : 360 postes d’élèves sous-officiers des armées option service général ; 40 sous-officiers des armées, option santé militaire et un recrutement ordinaire de 4 600 éléments pour le service général. Les candidats devront se présenter aux secteurs militaires de leurs lieux de résidence pour recevoir leurs actes de candidatures.

Pour la gendarmerie, nationale, 2 200 postes sont ouverts, dont 270 pour les élèves sous-officiers de gendarmerie, 30 sous-officiers de gendarmerie option santé et 1900 élèves-gendarmes.

Les postulants ont jusqu’au 4 août prochain pour faire acte de candidature dans les légions de gendarmerie de leurs lieux de résidence.

Ces recrutements concernent les jeunes Camerounais des deux sexes. Ils s’ajoutent au recrutement de 1800 éléments qui avaient rejoint le Bataillon d’intervention rapide (BIR) en début d’année.

A en croire les officiels gouvernementaux, en plus du rajeunissement nécessaire des troupes, tous  ces recrutements visent à donner à l’Etat les moyens de lutter contre l’insécurité. Il faut dire que le Cameroun fait face à diverses menaces à ses frontières Dans la partie septentrionale, à la frontière avec le Nigeria, le pays doit contrer les attaques répétées de la secte terroriste Boko Haram.

A l’Est, la menace se situe en République centrafricaine. Des bandes armées venues de ce pays en proie à  la guerre civile créent une situation d’insécurité à la frontière commune.

Autre menace, la piraterie maritime qui sévit dans le golfe de Guinée. Bien que très fortement réduit, le phénomène, croit-on savoir, n’est pas encore totalement éradiqué.

A l’intérieur du pays même, il lui faut lutter sans relâche contre le grand banditisme, un combat, il faut bien le reconnaître, qui ne connait pas de répit.

Tous ces problèmes nécessitent, en plus des moyens logistiques, matériels et financiers importants, des ressources humaines bien formées et en quantité.

Maintenant que ces postes sont ouverts, on peut s’attendre à ce que dans les prochaines semaines, des milliers de jeunes gens se ruent vers les centres de recrutement dans l’espoir de se faire une place dans les différents corps de l’armée et de la gendarmerie nationale.

Moane Ehindi

 

Une pensée sur “7000 postes ouverts dans les armées et la gendarmerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × cinq =