Force africaine en attente : le PM Philemon Yang inaugure la base logistique

 

Le chef du gouvernement camerounais représente le président Paul Biya à la cérémonie d’inauguration de cette structure qui a lieu ce vendredi à Douala.

La métropole économique camerounaise a été choisie depuis 2009 pour abriter le siège de la base logistique de la Force africaine en attente. Cette structure a été créée aux fins de stockage et de mise à disposition de la logistique et des équipements aux cinq forces régionales en attente de la FAA pour leurs missions de paix sur le continent africain.

C’est le 12 octobre 2015 que le gouvernement camerounais et l’Union africaine ont signé un Memorandum d’entente (MOU) dont le cahier de charges pour la partie camerounaise consistait en la réalisation d’un certain nombre de travaux, entre autres, la mise à la disposition du projet des facilités foncières et domaniales. Au final, ce sont dix hectares sur le domaine militaire national qui ont été mis à la disposition de l’UA pour le déploiement de la FAA

Des travaux ont par la suite été entrepris à cet effet au niveau du site principal situé à la base aérienne 201 de Douala. Des bâtiments neufs sont sortis de terre et d’anciennes infrastructures ont fait peau neuve. Pour la mise en place (aménagement, équipement) de ladite base, l’UA a déjà débloqué une enveloppe de 1 milliard de FCFA sur des besoins évalués à 40 fois cette somme.

Initialement prévu pour 2017, le démarrage effectif du fonctionnement de cette base est va entraîner l’installation de son équipe de démarrage du projet qui aura un rôle à jouer dans les opérations de maintien de la paix de l’Union africaine dans les interventions humanitaires ou de protection civile en cas de catastrophe. La base devra soutenir les militaires africains en attente de déploiement rapide, dans une zone précise, en temps de crise. Elle devra être capable de mobiliser entre 25 000 et 30 000 des cinq régions du continent. L’État-major de la FAA pour l’Afrique centrale, a pour siège Libreville au Gabon.
La mise en place de la FAA constitue, apprend-on, une étape déterminante dans le processus devant permettre à l’Afrique de disposer d’une réelle autonomie ainsi que d’une plus grande efficience dans les domaines du maintien de la paix et de la résolution des conflits.

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

14 + dix =