Naufrage de Debunscha: les circonstances se précisent

 

Dans l’éloge funèbre de la cérémonie d’hommage vendredi, le commandant de la garde côtière du BIR a présenté les circonstances exactes du naufrage ainsi que l’identité précise des victimes .

Depuis la diffusion de la nouvelle de ce naufrage, les camerounais s’interrogent. Tout un navire militaire a disparu des terminaux de tracking ce dimanche 16 juillet aux premières heures de la matinée. On sait maintenant que les trois rescapés du naufrage étaient des sentinelles de faction qui n’étaient pas dans les cabines pendant le drame. Ils ont eu la vie sauve grâce à leurs gilets de sauvetage et aux radeaux de sauvetage. Ils ont été récupérés par des piroguiers de passage. Les forces de défense ont ouvert une enquête. Les premières recherches ont permis de retrouver l’épave du navire, puis onze corps. L’armée s’est engagée à poursuivre les recherches pour remonter les corps afin de les remettre aux familles.

Le Colonel Henri Belinga, commandant de la Garde côtière de la Brigade d’intervention rapide a pris la parole pour l’éloge funèbre. Citant les rescapés, il affirme que le bateau est parti de Limbe à 4h30 minutes avec son bord 37 personnels. Il s’est fortement déséquilibré, s’inclinant du côté tribord. En moins de deux minutes, il s’est renversé avec la superstructure vers le fond de l’eau. Les passagers en cabine, ont sombré avec le bateau à une profondeur de 35 m. L’épave du bateau n’a été retrouvée et identifiée que 24 h après après le naufrage. Onze corps ont été remontés avant la date du 28 juillet, date de ces hommages officiels et de début du deuil national.

Les hommages militaires de ce 28 juillet ont permis de mettre un visage sur deux des trois rescapés de naufrage. Ces soldats de deuxième classe ont reçu devant toute l’assistance, la croix de la valeur militaire du Cameroun avec citation à l’ordre des Armées. La même distinction a été attribuée aux 21 soldats victimes de ce drame. Parmi eux, il y a le LT colonel Moussa, le Lieutenant Arnold Ndedi Mouangue et le sous-lieutenant Tsafack. Le fonctionnaire de police Armel Babelemy a été nommé à titre posthume au grade de chevalier du mérite camerounais. Les 12 autres personnes concernées par ce drame étaient des civils. Ils ont reçu une à titre posthume une nomination au grade de chevalier du mérite camerounais.

 

Le deuil national décrété par le président a permis à la nation d’avoir une pensée particulière pour ses victimes. Les drapeaux restent en berne samedi comme c’était le cas ce vendredi. Le ministre de la défense a présidé cette cérémonie d’hommages à Douala. Il a eu des échanges directs avec les membres des familles à Douala. La mobilisation autour de deuil national a été perceptible dans toutes les autres régions du pays. Le chef de l’Etat a adressé un  message de condoléances aux familles des victimes de ce naufrage du dimanche 16 juillet 2017. Dans ce message, Paul Biya indique que ces soldats resteront un exemple d’honneur, d’engagement et de dévouement

Sango Longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

12 + sept =