Afrique centrale: la sécurité en évaluation cette semaine à Yaoundé

 

Le comité consultatif permanent des Nations Unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale tient sa session ministérielle à Yaoundé jeudi et vendredi.

La tribune à l’ouverture de la réunion des experts

La situation sécuritaire et géopolitique en Afrique centrale a fait l’objet d’un exposé de la CEEAC au premier jour de la rencontre des experts sur les questions de sécurité dans la sous-région. Les travaux sont dirigés par l’ambassadeur Tommo Monthé, représentant permanent du Cameroun auprès des Nations Unies. Pendant trois jours les experts vont procéder à un état des lieux détaillé. Les ministres se retrouvent jeudi 1er pour deux jours d’intenses travaux sous la conduite du ministre camerounais des relations extérieures.

La gouvernance politique et les multiples facteurs qui menacent la paix et la stabilité de la sous-région Afrique centrale seront examinés. Les participants abordent la dimension régionale de la crise centrafricaine, la lutte contre la violence armée, le terrorisme, l’insécurité maritime, le braconnage, le trafic illicite des espèces sauvages, les tensions électorales, le trafic des drogues, la criminalité transnationale organisée, la prolifération des armes légères et de petit calibre, etc.

 

Le nouveau représentant spécial des Nations Unies en Afrique centrale s’exprimera lors de cette session ministérielle. François Louncény Fall présentera lors de la cérémonie officielle d’ouverture, le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres. Cette session ministérielle sera marquée par le passage des témoins. Le chef de la diplomatie de Sao et Tomé va céder la direction du comité au ministre des relations extérieures du Cameroun.

Ce comité consultatif permanent des Nations Unies en charge des questions de sécurité en Afrique centrale est un outil de diplomatie préventive mis en place par l’ONU, à la demande de la CEEAC en mai 1992. Depuis le comité des experts et celui des ministres se réunissent tous les six mois dans l’une des capitales de ces pays de l’Afrique centrale. A Yaoundé, l’application de la convention de Kinshasa, l’un des fruits des activités de ce comité, par tous les pays de la sous-région sera une préoccupation.

 Il s’agit de la Convention de l’Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petit calibre, de leurs munitions et de toutes pièces et composantes pouvant servir à leur fabrication, réparation et assemblage. Six des onze pays membres l’ont ratifié, rendant possible son entrée en vigueur le 8 mars dernier. L’engagement du Burundi, de la Guinée Equatoriale, de la RDC, du Rwanda, de Sao Tomé et Principe et du Tchad reste attendu.

 Sango Longue

2 pensées sur “Afrique centrale: la sécurité en évaluation cette semaine à Yaoundé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

5 × quatre =