Troubles en zone anglophone : un sous-préfet enlevé et trois gendarmes tués

 

Les autorités camerounaises annoncent que tous les moyens sont déployés pour tenter de retrouver Namata Diteng, le sous-préfet de Batibo, dans le département de la Momo (région du Nord-Ouest), enlevé le 11 février dernier.

Selon le préfet de la Momo, Absalom Monono, le sous-préfet de Batibo aurait été enlevé le 11 février alors qu’il se rendait sur le lieu où devait se dérouler le défilé de la fête de la Jeunesse pour s’assurer que tout était fin prêt surtout au plan sécuritaire pour le déroulement du défilé.

L’on semble s’accorder sur le fait que cet enlèvement est l’œuvre des sécessionnistes qui luttent pour la scission des deux régions anglophones du Cameroun. Depuis plusieurs mois en effet, ces sécessionnistes sont engagés dans des actes terroristes. Ces derniers ont d’ailleurs annoncé, à travers les réseaux sociaux, la mort du sous-préfet enlevé. Pendant ce temps, d’autres sources annoncent que la voiture de ce sous-préfet aurait été retrouvée calcinée dans un village.

Jusque-là, les actes terroristes des sécessionnistes visaient les éléments des forces de maintien de l’ordre et de défense ainsi que des civils. C’est la première fois qu’ils s’attaquent à une autorité administrative.

Alors qu’on annonçait l’enlèvement du sous-préfet de Batibo, on apprenait aussi que trois gendarmes avaient été tués à Kembong, dans la Manyu, région du Sud-Ouest.

L’information a été confirmée dans un communiqué officiel du ministre de la Défense. Joseph Beti Assomo précise que les trois gendarmes assassinés étaient déployés dans une mission de sécurité du pays.

Le communiqué du ministre dévoile l’identité des gendarmes tués par les sécessionnistes. Il s’agit du Maréchal de Logis chef Koliang Dominique, du gendarme Nomo Avodo et de l’élève gendarme Ngwa Cloviste.

Selon la presse locale, les assassinats de dimanche dernier portent à sept le nombre de gendarmes tués dans la seule localité de Kembong, et à environ 20 dans les deux régions du Nord-ouest et du Sud-ouest depuis le début des troubles dans ces régions.

Le ministre de la Défense a transmis aux familles de tous les éléments des forces de défense et sécurité morts sur le champ d’honneur ces derniers temps, les condoléances du chef de l’État, chef des armées. Avant de préciser que « les forces de défense et de sécurité restent plus que jamais déterminés à ramener l’ordre et la paix dans toutes les Régions du pays, et à combattre fermement toutes formes ou velléité d’insécurité aux quatre coins du Cameroun ».

Il faut dire que depuis l’arrestation de certains de leurs leaders au Nigeria et leur extradition au Cameroun, les sécessionnistes annoncent à travers les réseaux sociaux une graduation de leurs actes terroristes et, notamment, que les autorités administratives feraient désormais partie de leurs cibles. L’enlèvement du sous-préfet de Batibo et l’assassinat des trois gendarmes viennent ainsi confirmer cette option.

Moane Ehindi

 

.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × 1 =