Cameroun-C2D : 966 milliards débloqués en dix ans

 

Déjà 10 ans que le Contrat de Désendettement et de Développement(C2D) a été mis sur pied entre le Cameroun et la France. C’était en 2007. Le C2D, mécanisme de gestion de la dette bilatérale du Cameroun auprès de son partenaire français, a mobilisé au cours de cette période la somme de 966 milliards de francs pour financer l’amélioration de conditions de vie des populations.

Sur la liste des secteurs ciblés par les ressources dégagées sur le Contrat de Désendettement et de Développement, figurent au premier rang l’éducation, la santé, les infrastructures urbaines et rurales, l’agriculture, l’environnement et les forêts, la recherche, la culture, le développement rural et la formation professionnelle.

Dans les 10 régions du Cameroun, on répertorie près de 500 salles de classes construites, et plus de 200 autres réhabilitées et équipées, 37200 instituteurs contractualisés, des chèques santé et des kids obstétricaux mis en place pour les femmes enceintes. A ces bons points du C2D, il faut ajouter le financement de l’échangeur place de la région à Yaoundé et du deuxième pont sur le Wouri à Douala.

Au plan du développement rural, les mécanismes du C2D ont fortement financé le Programme National de Développement Participatif(PNDP) pour accompagner les collectivités territoriales décentralisées dans le processus de décentralisation au Cameroun. Présent aujourd’hui dans toutes les communes du pays, le PNDP, grâce aux fonds C2D, a financé environ 4000 microprojets dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’hydraulique et des pistes rurales.

Lancé en 1996, le Contrat de Désendettement et de Développement est né de l’initiative en faveur des pays pauvres et très endettés. Selon les accords passés, le montant de la dette à rembourser par le pays bénéficiaire à la France est directement restitué sous la forme de subvention mobilisable pour l’amélioration les conditions de vie des populations.

Le premier C2D du Cameroun a été signé le 22 juin 2006. Même si sa mise en œuvre a rencontré quelques fois des difficultés liées aux lourdeurs des procédures de passation des marchés, il apparait clairement que le Cameroun et la France ont scellé un bon partenariat financier qui devrait couvrir un montant de dette supérieur à 5 milliards d’euros, soit environ 3275 milliards de FCFA.

La cérémonie d’évaluation des dix années du Contrat de Désendettement et de Développement conduite par le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, et l’ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibault, s’est déroulée en présence du ministre de la communication, Issa Tchiroma Bakary, le 6 décembre dernier, à Yaoundé.

J.KOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

un × quatre =