Cameroun-Tchad. Une interconnexion du réseau électrique en vue

La Banque Européenne d’Investissement (BEI) se dit prête à investir dans ce projet dont l’impact socio-économique et humain serait des plus importants, sans oublier sa vocation politique, à savoir renforcer encore plus les relations bilatérales entre les deux pays.

Charles ABEGA

Les propos du chef de la représentation Afrique Centrale de la BEI, Andréa Pinna, sont parfaitement explicites. Le projet d’interconnexion électrique entre le Cameroun et la République du Tchad intéresse au plus haut degré la Banque Européenne d’Investissement qui, par conséquent, a pris des dispositions particulières pour se rapprocher des institutions à la base du projet, pour une meilleure imprégnation. Il s’est prononcé lors d’une récente descente sur le site du barrage de Lom Pangar, infrastructure construite dans la région de l’Est du Cameroun et pour laquelle la BEI a mis à disposition un financement de près de 20 milliards de francs CFA. « Vous savez que le potentiel du Cameroun est immense. C’est l’un des plus importants en Afrique. Le fleuve Sanaga, à lui tout seul, permet la génération de plus de 6000 MW. Pour le Cameroun, c’est une opportunité immense de devenir exportateur d’énergie électrique. Et pour ce faire, il faut des lignes d’interconnexion avec les pays voisins. L’une des lignes que la BEI est en train d’étudier, c’est la ligne d’interconnexion entre le Cameroun et le Tchad », a-t-il déclaré.

Selon les autorités camerounaises, ce projet pour lequel la BAD a pourvu des financements partiels (en 2013), en vue de la réalisation des études de faisabilité, vise la réalisation d’une ligne de transport électrique de 700 km entre Ngaoundéré et Maroua, au Cameroun, et Ndjamena, au Tchad. Il est également prévu une bretelle de 250 km entre Maroua (Cameroun), Mogrom et Ndjamena (Tchad).

Il faudrait rappeler qu’en ce moment, ces deux pays de la zone Cemac sont liés par plusieurs réalisations fortes à l’instar du pipeline qui permet de sortir le pétrole du Sud du Tchad au terminal de Kribi dans le littoral-sud camerounais. Un corridor routier est déjà en cours de réalisation pendant que la liaison ferroviaire est également déjà passée à une phase de concrétisation décisive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

13 − cinq =