Formation des parlementaires. Une école internationale ouverte à Yaoundé

Le Très Honorable Cavaye Yéguié Djibril a présidé ce lundi 3 décembre 2018 la cérémonie de signature des actes constitutifs de l’Institut Parlementaire d’Afrique de Yaoundé.

Charles ABEGA

Par la signature ce lundi de ses actes constitutifs, l’Institut Parlementaire d’Afrique de Yaoundé (l’IPAY) est entré dans la phase ultime de sa formalisation. Désormais, s’il existe une recette secrète pour devenir député ou sénateur, elle est en passe d’être dévoilée. S’il fallait un talent particulier pour servir dans les institutions parlementaires, il sera partagé. Pas aux seuls élus de la nation, mais à tout volontaire, curieux d’en savoir plus sur les questions parlementaires. C’est le pari que veut relever l’Institut parlementaire d’Afrique de Yaoundé (IPAY). La cérémonie était présidée à cet effet par le président de l’Assemblée nationale (PAN), le Très honorable Cavaye Yéguié Djibril, en présence de membres du gouvernement et d’autres parlementaires.

Disputé par plusieurs pays africains qui ne voulaient pas manquer l’opportunité d’abriter la prestigieuse institution, cet établissement a finalement atterri à Yaoundé au Cameroun, après trois interminables années de parlementarisme de couloirs. « L’implantation du nouvel Institut parlementaire d’Afrique de Yaoundé dans notre pays vient consolider le positionnement, la crédibilité et l’aura de l’Assemblée nationale, voire de l’Etat du Cameroun dans le concert des nations et des parlements », s’est félicité le PAN. Le projet a été conduit par le comité de suivi de la délocalisation du Centre de formation à l’administration parlementaire (Cefap) et de la création de l’IPAY, avec à sa tête, l’honorable Kamssouloum Abba Kabir. Pour lui, l’IPAY va participer à la revalorisation du prestige de la fonction parlementaire, constituer une niche d’emplois en permettant à ses produits d’avoir des compétences à vendre sur le plan national et hors de nos frontières, et permettre enfin le rayonnement international du Cameroun en constituant un pôle d’excellence de la diplomatie parlementaire en Afrique ».

Au cours de la cérémonie organisée dans le hall d’honneur de l’Assemblée nationale, l’arrêté du PAN portant nomination du nouveau directeur de l’IPAY a également été rendu public Il s’agit de Hélène Ndongo-Sey Noukong, ancienne directrice du Cefap. « Nous allons commencer à envisager des programmes de formation, de renforcement des capacités. Il y aura deux volets dans notre offre pédagogique. Il y aura d’abord un renforcement de capacités à l’intention des parlementaires et des personnels des administrations parlementaires. Également, des formations certifiantes pour les jeunes Africains qui voudraient travailler dans une institution parlementaire », a-t-elle annoncé. La directrice de l’IPAY garantit que les formations devraient effectivement commencer en début 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

seize + 8 =