Lutte contre le trafic des armes légères. Le Cameroun et le Nigeria main dans la main

Yaoundé est en passe de ratifier l’accord de coopération signé le 06 février 2018 entre les deux pays.

Par Pierre Ngom

En matière de coopération dans la lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres, le Cameroun montre encore l’exemple. Tout en abritant la première conférence des Etats-parties à la Convention de Kinshasa sur le contrôle des armes légères et de petits calibres, Yaoundé a aussi engagé le processus de ratification de l’Accord de coopération entre le Cameroun et le Nigéria sur la non-prolifération des armes légères et de petits calibres. Un projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier cet accord,  signé le 06 février 2018 à Abuja, est en ce moment en discussion à l’Assemblée nationale. Il a été examiné ce 12 juin par la Commission des Affaires étrangères où il a été défendu par Joseph Beti Assomo, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), qu’assistait le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella. Le vice-Premier ministre, ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées était représenté par le ministre Jules Doret Ndongo.

Selon le Mindef, il s’agit de combattre la prolifération de ces armes, vecteurs de criminalité, de banditisme et de terrorisme dans les deux pays. «Ces armes font l’objet d’un commerce souterrain, clandestin et dangereux parce qu’elles servent à tuer soit les hommes, soit les animaux, avec des dégâts dans nos parcs de faune à travers le pays», explique-t-il. En cas de validation par les parlementaires, ce texte devrait constituer un outil juridique visant à renforcer la coopération entre le Cameroun et le Nigéria. Il fera ensuite l’objet d’une adoption en séance plénière par l’ensemble des députés. Une démarche en droite ligne des recommandations de François Louncény Fall, Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique centrale, qui encourage un renforcement de la coopération interrégionale dans ce domaine.

Le Cameroun et le Nigéria améliore ainsi une coopération sécuritaire déjà importante. C’est grâce notamment à la collaboration entre ces deux pays que la secte terroriste Boko Haram a été fortement affaiblit. Une collaboration qui se fait notamment à travers la Force multinationale mixte. «La Force multinationale mixte comporte un secteur qui est géré par l’armée camerounaise et les échanges entre le secteur camerounais et les autres secteurs et surtout le secteur nigérian se passent très bien. On se soutient sur tous les aspects : échanges de renseignements, soutiens logistiques…» explique le colonel Kuitcheu, attaché de défense auprès du Haut-commissariat du Cameroun à Abuja. Cette amélioration, on la doit à l’investissement personnel de Paul Biya et Muhammadu Buhari. Depuis 2015, ces Chefs d’État se sont rendu visite trois fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

1 × 3 =