Nations Unies. Le plébiscite du Cameroun au Conseil des droits de l’Homme

Le pays a été élu membre de cette instance par 176 voix sur 197 votants, soit un score de près de 90%.

Pierre NGOM

Dès le 1er janvier 2019, le Cameroun siègera au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies pour une durée de trois ans. Le pays de Paul Biya a été fait membre de cette organisation intergouvernementale au cours d’un scrutin organisé le 12 octobre dernier à Genève en Suisse.  Pour être élu au sein de cette instance onusienne, il faillait une majorité de 97 voix sur les 197 votants. La Cameroun en a obtenu 176, soit un score de près de 90%. Ce qui fait de lui, le deuxième meilleur score enregistré par les 18 Etats faits membres de Conseil des droits de l’Homme, à deux points du Bangladesh. Un vrai plébiscite.  Le Cameroun y siègera aux côtés d’autres pays africains. Il s’agit de la Somalie, de l’Erythrée, du Burkina Faso et du Togo. De 2019 à 2021, le Cameroun et ses autres pairs du continent et du reste du monde veilleront donc au respect des droits de l’Homme, mission assignée au Conseil depuis sa création en 2006.

Cette élection est assurément une reconnaissance des efforts déployés ces dernières années par les pouvoirs publics pour la promotion des droits de l’Homme dans le pays. Plusieurs instances de protections de droits de l’Homme créées par les autorités existent et fonctionnent normalement. Il en est ainsi de la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés (CNDHL) qui est une structure indépendante instituée par la loi. Elle a notamment pour missions sont de reçoit toutes dénonciations portant sur les cas de violation des droits de l’Homme ; de diligente toutes enquêtes et procède en cas de besoin aux investigations sur les cas avérés et en fait rapport au président de la République ; de saisit les autorités compétentes au sujet des cas préoccupants; de procéder chaque année aux visites inopinées des établissements pénitentiaires, des commissariats de police et des brigades de gendarmerie et de produire un rapport  y afférant est adressé aux autorités compétentes pour décision et action.

Ce plébiscite est une véritable gifle diplomatique pour tous ceux qui travaillent à la mise à l’index de notre pays sur la scène internationale. Il intervient en plus après d’autres succès diplomatique engrangés au sein du système des Nations unies, sous le leadership éclairé de Paul Biya. En juillet dernier déjà, le président de la République réussissait à placer son compatriote, Victor Kisob, au poste prestigieux de directeur exécutif adjoint du Programme des Nations unies pour les établissements humains (UN-Habitat). Un poste qui l’élève au rang de sous-Secrétaire général des Nations unies. Une nomination intervenue à la suite de celle de Vera Songue, la première femme à accéder aux fonctions de secrétaire exécutive de la Commission des Nations unies pour l’Afrique (CEA).

One Reply to “Nations Unies. Le plébiscite du Cameroun au Conseil des droits de l’Homme”

  1. Enfin le Règne de la Prospérité prédit par M. Um Nyobe avant son assassinat programmé un 11 sept 1958 se dessine dans l’horizon pendant les 07 ans avenir..
    Que les Fils et Filles du Cameroun s’attellent à réfléchir sur quelque chose de concrète et/ou pratique comme arme d’attraction du peuple sur le champs Politique..
    L’heure n’étant plus aux discours..
    60 ans de discours c’est de trop..
    Accélérons les dernier pilier essentiel de l’émergence : Le protectionnisme ( l’industrialisation à outrance de notre sphère économique ) , un passage obligé d’un Afrique qui se veut Uni..
    Nous avions autant les moyens humains , naturels , matériels et financières..
    Chaque chose née , vie et meurt.
    Mais le Cameroun restera avec ses Fils et Filles pendant des Siècles..
    Que le Père Celeste apaisent nos cœurs en cette période cruciale de notre histoire Démocratique..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × 3 =