Appui à l’agriculture. Le Minader soutient les acteurs du Sud-Ouest

61 millions de FCFA et un accompagnement à toute épreuve. Voilà la manifestation de la présence du gouvernement aux côtés des acteurs du secteur agricole dans la région du Sud-Ouest.

Charles ABEGA

Le coordonnateur du Projet d’amélioration de la compétitivité des activités agropastorales familiales, Bouba Moumini, a été une fois de plus sur le terrain, pour se rassurer de l’effectivité des projets agricoles lancés depuis janvier dernier, après la distribution d’une subvention gouvernementale de 61 millions de FCFA aux agriculteurs de la région du Sud-Ouest. C’est donc précisément dans le département du Fako qu’il a effectué cette tournée de trois jours en milieu de la semaine qui s’achève.  Il a pu constater que près de 80% des projets son en cours, malgré la crise sécuritaire qui affecte considérablement les activités des populations dans la région. Un accent est mis sur l’appui à la promotion de la mécanisation agricole et des équipements dans des filières stratégiques comme le cacao, le café, le coton, le caoutchouc, le riz, la banane ou encore le manioc. En outre, des productions de semences et de matériel végétal de qualité ont été mises à la disposition des producteurs pour permettre d’accroître les rendements des différentes spéculations. La mise en place des exploitations agricoles à l’échelle nationale a permis d’augmenter les superficies cultivées.

Le Fako comme les autres départements du Sud-Ouest bénéficie de l’avantage d’un sol volcanique et par conséquent fertile et propice à toute pratique agricole. Un massif montagneux qui s’étend du Littoral camerounais aux hauts plateaux de l’Ouest. Et c’est grâce à la grande productivité de cette zone que le Ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader) peut se féliciter des performances de son secteur en 2017. Selon cette administration, la contribution de l’agriculture à la croissance économique du Cameroun a été de 76,38% en 2017. En 2016, cette contribution était de 68%.

Pour parvenir à ces résultats, le Minader indique qu’il a mené des activités dans le but de promouvoir le développement des filières agricoles à fort potentiel de valeur ajoutée.

Dans ce sens, Tout cela a permis d’accroître la production, par exemple la production du cacao qui a connu un taux d’accroissement de 9% en 2016. Une croissance de 18% est prévue en cette année 2018. Pareil pour la banane dont le taux d’accroissement était de 1% en 2016 et se situerait à 5% en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

12 + 20 =