Cameroun-Café : la courbe de la production ne se redresse pas

Le ministre du Commerce, Luc Magloire  Mbarga Atangana, a présidé ce jour à Yaoundé,  la cérémonie de lancement de la campagne caféière 2017- 2018. L’événement s’est déroulé dans un environnement où les chiffres de la production camerounaise  ne sont guère satisfaisants.

Au soir de la campagne  de  2016-2017,  le compteur affichait péniblement une production de 20.270 tonnes. Soit une baisse de près de 20% par rapport à la campagne précédente. Des contreperformances d’autant préoccupantes que le gouvernement camerounais a placé ses objectifs de production à  150.000 tonnes  à  l’horizon 2020.

Le prétexte de l’ouverture de la campagne caféière 2017-2018  a donné l’occasion au ministre du commerce,  entouré de tous les acteurs de la filière café,  de se pencher sur les difficultés qui plombent le redécollage de la production  au Cameroun. Ces difficultés se présentent comme suit : indisponibilité des plants, utilisation des variétés anciennes aux rendements dérisoires, prix prohibitifs des engrais et autres  intrants agricoles, vieillissement des plantations et des producteurs, désaffection des jeunes en raison des prix aux producteurs toujours pas à la hauteur des sacrifices physiques et financiers consentis pour entretenir le verger.

Certes, la filière café au Cameroun subit ainsi le choc du désengagement de l’Etat, mais l’urgence semble désormais résidée dans la mise en œuvre de l’ensemble des  prescriptions du plan de relance initié par le gouvernement.

En effet, en novembre 2014,  le gouvernement camerounais a adopté son plan de relance des filières café-cacao sur la période 2015-2020. Evalué à 600 milliards de FCFA, ce plan ambitieux devait être financé sur des fonds prioritairement prélevés   à l’exportation du café et du cacao pour financer la recherche, la production et la distribution des plants produits à partir des semences améliorées, le traitement intégral du verger cacao-café dans le pays et la création de nouvelles et grandes plantations.

A titre de rappel, le Brésil, principal pays producteur de café, représente 40% de la production mondiale de café. Depuis les années 80, ce pays de l’Amérique latine a produit chaque année environ 300.000  tonnes de café. Le Brésil est suivi au classement par le Vietnam (Asie) crédité de 20% de la production mondiale de café.

Jean-Mathias KOUEMEKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

3 × 3 =