Le Cameroun densifie sa carte sanitaire

L’État du Cameroun a résolument décidé de densifier sa carte sanitaire. Ceci est contenu dans le volet santé du Plan d’urgence triennal pour la croissance économique décidé par le président Paul Biya.

Doté d’une enveloppe de 150 milliards de F CFA, le Plan d’urgence volet santé prévoit deux grandes composantes à savoir une composante réhabilitation des plateaux techniques qui concerne les hôpitaux généraux de Yaoundé et Douala et le Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé (CHU). Pour ce qui est de l’autre composante, elle consiste en la construction des centres hospitaliers de référence dans les huit chefs-lieux de région en dehors du Centre et du Littoral.

En ce qui concerne la composante réhabilitation des plateaux techniques, les travaux sont très avancés en ce qui concerne les hôpitaux généraux de Yaoundé et de Douala. Il en est de même du Centre hospitalier et universitaire de Yaoundé.

La construction des centres hospitaliers de référence dans huit chefs de région est encore plus ambitieuse. Ces hôpitaux entrent dans la deuxième catégorie de la nomenclature des structures de santé au Cameroun.

Le ministre de la Santé publique du Cameroun, André Mama Fouda, a récemment lancé les travaux de construction des hôpitaux régionaux de d’Ebolowa (région du Sud), Bertoua (région de l’Est) et Ngaoundéré (région de l’Adamaoua).  La construction de l’hôpital de Bafoussam est très avancée. On observe comme une accélération du volet santé du plan d’urgence.

Les autres chantiers devraient être lancés sans délais. Ainsi donc, dans un peu moins de 20 mois, le Cameroun devrait profondément modifier sa carte sanitaire.

Il faut relever qu’en dehors du plan d’urgence, l’État du Cameroun s’était déjà engagé dans la construction de nouvelles structures hospitalières avec, notamment la construction du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine (CRHACERPH), une initiative de Mme Chantal Biya, l’épouse du chef de l’État camerounais, inauguré l’année dernière. A signaler également la construction de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala et de l’hôpital de Sangmélima. La construction de centres d’imagerie médicale et d’hémodialyse dans huit régions s’inscrit également dans la perspective de la densification de la carte sanitaire et de l’amélioration de l’offre de santé au Cameroun.

A ces réalisations de l’État, il convient  d’ajouter une autre d’envergure bien que privée. Il s’agit du complexe Magrabi Ico Cameroon Eye Institute, un centre d’excellence et de référence sous régional de l’African Eye Foundation inauguré en février dernier et situé à Oback  dans la périphérie de Yaoundé.

Prévu pour la période 2015-2017, le Plan d’Urgence triennal est doté d’une enveloppe totale de 925 milliards de francs CFA. Ce projet vise à accélérer la croissance économique dans le pays et à améliorer les conditions de vie des populations. Ce PUT s’articule autour des chantiers comme l’agriculture, l’élevage, l’immobilier, la santé, les infrastructures routiers, l’adduction d’eau potable et l’éclairage public.

Moane Ehindi

 

2 Replies to “Le Cameroun densifie sa carte sanitaire”

  1. Ping : handasa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2 × 4 =