Cameroun-industries extractives : 888 milliards de FCFA générés

Les industries extractives ont généré 888 milliards de F CFA dans les caisses de l’Etat du Cameroun en 2015. Cette performance tient à la signature de nouveaux contrats pétroliers et à la promulgation d’un nouveau code minier.

L’information a été révélée ce mercredi lors de la présentation du rapport 2015 de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Initié par le ministère des Finances, ce rapport souligne que les industries extractives pris en compte portent sur le secteur pétrolier, le transport pétrolier, minier et gazier. De manière détaillée, les recettes ont été recouvrées par le Trésor public à hauteur de 58%, les impôts 37%, la douane 7%, la Société nationale des hydrocarbures (SNH) 1% et 0,8% et par d’autres entités.

Le nouveau code minier adopté en 2015 et promulgué en 2016 introduit quelques nouveautés. Entre autres, l’adoption de nouvelles règles ITIE qui invitent les entreprises minières à se conformer aux exigences de la norme en la matière.

Pour ce qui est de la fiscalité, l’on fait état d’un relèvement de la redevance superficiaire de 33%, d’un grand nombre de permis octroyés ainsi que la signature de nouveaux contrats de production dans le secteur pétrolier, sans oublier la hausse de la production de plus de 30% représentant sensiblement 35 millions de barils.

A en croire des experts, cette importante des ressources collectées progression n’a pas une incidence positive au niveau des recettes, « en raison de la baisse des cours du pétrole au niveau mondial ».

En outre, précise le rapport ITIE 2015, l’on note une progression de 42% dans le secteur du transport pétrolier, grâce à l’augmentation du volume transporté.

En tout état de cause, conclut le rapport, il faut nécessairement améliorer la gouvernance et la transparence sur l’utilisation précise des ressources issues du secteur extractif, améliorer certaines procédures applicables, dans le but de maximiser le recouvrement des recettes au niveau du secteur extractif.

J.KOMA/ Source : Journal du Cameroun

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois × 4 =