Bilan des Grandes réalisations du septennat finissant

Le 50e nouveau numéro du bulletin bilingue d’informations du Cabinet civil “Le Temps des réalisations” fait un gros plan sur les chantiers du président Paul Biya durant l’actuel septennat.

La ville de Yaoundé est quadrillée depuis peu, par un décor pour le moins particulier. L’usager qui emprunte l’axe nouvelle route Bastos-Carrefour Warda- Restaurant les cascades du Mfoundi, est captivé par ce décor. Sur cet itinéraire et le long des grilles du Bois Saint-Anastasie, l’on peut admirer à loisir, des panneaux rythmant par l’image, les grandes réalisations du Président de la République Paul Biya au Cameroun. Au niveau par exemple du lieu-dit Tradex nouvelle route Bastos, le visiteur peut ainsi apprécier le chantier déjà terminé de la route Ngaoundéré-Garoua, avec une superbe vue de la Falaise de Mbe. Aussi, un répertoire des barrages déjà construits ou ceux en cours d’achèvement, trône au Carrefour Warda, sans oublier de faire un clin d’œil à la coopération avec les autres pays, sous la forme de tableaux décoratifs. Et quoi de mieux encore, que le bulletin bilingue d’informations « Le temps des réalisations », pour faire le bilan des Grandes réalisations du septennat de Paul Biya, dans sa 50e édition focalisée sur les chantiers réalisés entre 2011 et 2018.

A travers 48 pages, le lecteur peut se rendre compte par lui-même que tous les secteurs sont ainsi touchés par les Grandes réalisations. « Le chef de l’Etat s’est employé à construire des infrastructures portuaires, routières, énergétiques, sportives et sociales. Et c’est dans toutes les régions du pays que se donne à voir l’ampleur du travail herculéen de l’Homme du Renouveau », peut-on lire dans Cameroon-Tribune. Lequel poursuit que « Dans le Sud, la ville de Kribi a vu émerger un port en eau profonde sur sa côte atlantique. Une infrastructure comprenant une digue de 2005 mètres, 20 postes de quai, 6,5 km de linéaire de quai, un chenal d’accès de 650 m de  longueur et 200 m de largeur, un terminal à conteneurs d’une capacité de 350 000 EVP, un terminal polyvalent d’une capacité de plus d’un million de tonnes, deux portiques de quai et deux grues de quai ».

Autres chantiers

Et ce n’est pas tout. « Au Littoral, le deuxième pont sur le Wouri, tel un phare, illustré comme la réalisation vedette dans la pléiade des ouvrages ordonnés par Paul Biya dans cette région. Ce chef d’œuvre architectural vient alors renforcer la position de Douala comme principale plateforme économique du Cameroun et de la sous-région Afrique centrale. Les logements sociaux sur les hauteurs de Bamenda dans le Nord-Ouest viennent résoudre l’épineux problème de l’accès à un habitat décent, tant pour les fonctionnaires affectés dans la région que pour la nouvelle classe moyenne dont la base ne cesse de s’agrandir. Et que dire de la belle route Bamenda-Manfe-Ekok qui relie désormais la région du Nord-Ouest à sa voisine du Sud-Ouest », poursuit ce journal.

La région de l’Est n’est pas en reste, elle qui a vu le barrage réservoir de Lom Pangar naitre. Un ouvrage qui « apporte une réponse définitive à la régularisation du débit du fleuve Sanaga. Tandis que la construction en cours de l’usine de pied et d’une ligne de transmission d’électricité va apporter de la lumière à plus de 10 000 ménages et à des unités économiques », mentionne-t-on ici. Le Septentrion peut aussi se réjouir de la construction des routes (Ngaoundéré-Garoua), des hôtels et stades pour la Coupe d’Afrique des Nations (Garoua), et de la donation des ordinateurs portables aux étudiants des universités de Maroua et Ngaoundéré. Ce qui faire dire à l’éditorialiste, Samuel Mvondo Ayolo, que « la politique des Grandes réalisations, socle du septennat qui s’achève, a enregistré de grands succès. Tout citoyen camerounais, ou tout observateur honnête peut témoigner que le bilan du président Paul Biya est bien largement positif ». Suffisant donc pour que « des quatre coins du pays, des appels se fassent entendre pour susciter sa candidature à la prochaine élection présidentielle », conclut le journal.

Josué Bell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

3 × 1 =