Conformité des infrastructures de la CAN. L’on évalue les espaces médias

Tout est réuni pour que la CAN 2019 rentre dans les annales comme étant la meilleure jusque-là organisée. Et pour cela, un accent particulier est mis par les autorités sur le respect des standards internationaux pendant la construction des différentes infrastructures.

Charles ABEGA

Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication, était donc à Douala jeudi 22 novembre dernier, en compagnie de plusieurs pontes de la sphère médiatique nationale, afin de sonder la qualité et surtout la conformité des différents sites en chantier pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations de football. Qualité et conformité surtout en ce qui concerne l’environnement dans lequel évolueront les professionnels des médias en particuliers et de la communication en général pendant toute la compétition. Ceci concerne aussi bien les stades avec les différents espaces pour médias à l’instar des tribunes de presse, des espaces pour presse écrite et presse en ligne, des salles de conférences d’avant et d’après-match, des zones mixtes pour interviews. Le Directeur général de la CRTV, Charles Ndongo, qu’accompagnaient certains de ses responsables techniques, a à cet effet, longuement échangé avec les responsables de l’entreprise turque Yenigun en charge de la construction du Stade de Japoma. Et des représentants de l’entreprise Optimum chargée d’équiper ces espaces ont tenu à rassurer les illustres visiteurs quant à l’opérationnalité maximale et dans les délais, desdits espaces. Le passage au Stade de la Réunification de Bépanda fut tout aussi édifiant pour le ministre de la Communication et sa suite. Ici également, la capacité et la qualité des espaces devant accueillir les professionnels de la presse ont été évoquées. La Cameroon Radio Televison (CRTV) a par exemple retenu qu’elle disposera de vingt-quatre points de fixation de caméras pour une couverture optimale du spectacle offert.

L’on peut comprendre logiquement pourquoi le ministre avouera plus tard qu’il sera plus calme et rassuré, seulement une fois que la CRTV qui a l’immense responsabilité de produire le signal pendant tout l’évènement, aura procédé avec un succès optimal, à la grande répétition générale. « C’est à ce moment-là que nous dirons que les objectifs sont atteints, le Cameroun est prêt et sera prêt. Le travail est en train d’être mené avec beaucoup de satisfaction. …nous sommes persuadés que dans quelques mois, tout sera prêt. » indiquera Issa Tchiroma Bakary. C’est dans cette lancée que Charles Ndongo, DG de la CRTV, annoncera qu’il est préférable que lesdites répétitions générales soient lancées en février 2019 au lieu du mois de mars, comme initialement prévu dans le cahier de charges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-huit + un =